.
-

 
Ambages
Les ambages (du latin ambages, circuit, détour) sont un long circuit de paroles, verbiage (quelquefois affecté) , qui, loin d'éclaircir ce dont il s'agit, semble au contraire redouter la clarté et ne vouloir; au plus, être entendu qu'à demi. Les ambages caractérisaient les oracles du polythéisme grec. Les détours employés par Alceste, dans le Misanthrope de Molière, pour faire entendre à Oronte que son sonnet ne vaut rien, offrent un exemple d'ambages. Dans Shakespeare, au début de la tragédie la Mort de César, un Romain , interrogé par un tribun qui veut savoir sa profession, et ne voulant point, par amour-propre, lui dire nettement qu'il est savetier, a recours à une suite d'ambages. Lorsque Oedipe, arrivé près du bois sacré des Euménides à Colone, est pressé par le choeur de déclarer qui il est, Sophocle nous le représente employant bien des détours pour éviter de répondre directement aux questions qu'on lui adresse. Le plus bel exemple de cet artifice si naturel du langage se trouve dans la Phèdre de Racine (A. I, sc. 3).
De l'amour j'ai toutes les fureurs. Pour qui? - Tu vas ouïr le comble des horreurs. J'aime... A ce nom fatal je tremble, je frissonne. J'aime... - Qui? - Tu connais ce fils de l'Amazone, Ce prince si longtemps par moi-même opprimé? - Hippolyte! Grands dieux! - C'est toi qui l'as nommé!
On désigne quelquefois, par extension, sous le nom d'ambages un amas confus de paroles obscures et entortillées, dont on a peine à débrouiller le sens; ce défaut peut être le résultat de l'ignorance, ou du peu de netteté des idées; quelquefois aussi il est affecté : alors il est la marque certaine d'un jugement faux, ou de la sottise, ou de la duplicité. (P.).
.


[Histoire culturelle][Langues][Littérature]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.