.
-

Les alizés

Les alizés (en espagnol alésios) ou vents alizés, sont les vents réguliers qui soufflent, toute l'année, des deux côtés de l'équateur; ils viennent du Nord-Est dans l'hémisphère Nord et du Sud-Est dans l'hémisphère Sud. Lors de son premier voyage, Christophe Colomb reconnut l'existence des alizés de Nord-Est dans l'Atlantique Nord. Les navigateurs du XVe et du XVIe siècle, en parcourant successivement tous les océans, constatèrent que les alizés soufflent en toute saison près de l'équateur, dans des directions qui rappellent les barbes d'une plume dont la pointe serait dirigée vers l'Ouest. ll n'y avait d'exception à cette règle qu'entre le Sud de l'Asie et l'équateur, région où règnent les moussons. C'est Halley et Hadley, au XVIIesiècle, qui, les premiers,ont élaboré une première explication théorique la majestueuse régularité de ce phénomène; on sait aujourd'hui que les jets streams, vents rapides circulant à très haute altitude, ont également, par leurs effets thermodynamiques,  un impact sur le comportement des alizés (comme d'ailleurs sur les autres vents zonaux).. 

Dans l'hémisphère nord.
Voyons d'abord ce qui se passe dans l'hémisphère Nord et sur l'Atlantique. A l'équateur, l'air échauffé, devenant plus léger, gagne les parties supérieures de l'atmosphère, et la dépression ainsi produite est aussitôt compensé par l'afflux d'air moins chaud qui se trouve vers le tropique de Cancer. De là un courant d'air venant du Nord et se dirigeant vers l'équateur. C'est ce courant d'air qui a reçu le nom de vent alizé

Si la Terre était immobile, le vent soufflerait du Nord; mais elle tourne autour de son axe, et les molécules de sa surface sont animées d'une vitesse d'autant plus grande qu'elles sont situées plus près de l'équateur; si l'on admet que les molécules d'air, à mesure qu'elles s'approchent de l'équateur, conservent la vitesse qu'elles ont sous les parallèles plus élevés, elles sembleront transportées vers l'Ouest et leur direction apparente sera du Nord-Est au Sud-Ouest. C'est ce qui a lieu pour l'alizé de l'hémisphère boréal, qui souffle du Nord-Est au Sud-Ouest Les molécules de ce vent arrivant sur l'équateur, ou dans son voisinage, deviennent à leur tour plus légères et gagnent les hautes régions de l'atmosphère; là elles se refroidissent et prennent de nouveau une direction parallèle à celle de la Terre. C'est le courant supérieur, dirigé vers le Nord, qui a reçu le nom de contre-alizé. Il s'infléchit peu à peu vers la terre et arrive à peu près vers le tropique du Cancer, où il devient diffus; il descend vers le sol et ferme le circuit en retournant vers l'équateur. 

Mais la mobilité de notre atmosphère est telle, que ces courants déterminent vers le Nord un courant secondaire, moins élevé que le premier, dont la branche supérieure est dirigée vers le Nord, tandis que l'inférieure revient vers l'équateur. Les contre-alizés, qui règnent au-dessus des alizés inférieurs, ont pu être constatés soit par la direction dans laquelle ils transportent les nuages élevés et les cendres de certains volcans, soit par l'observation directe du vent qui règne au sommet des montagnes élevées, sur le pic du Ténériffe, par exemple.

Ces contre-alizés, qui s'observent dans la partie boréale de l'océan Atlantique, exercent une grande influence sur le climat de l'Europe occidentale. Ces courants équatoriaux, de direction Sud-Ouest, après avoir régné dans les régions supérieures, viennent, en s'abaissant progressivement, atteindre la surface du globe à des distances sans cesse variables de leur point de départ : c'est à eux qu'on doit attribuer la prédominance du vent du sud-ouest dans l'Europe occidentale (notamment en Angleterre, France, Pays-Bas). Ces vents du Sud-Ouest n'atteignent, en général, notre continent qu'après avoir passé au-dessus d'une partie de l'océan Atlantique, qui est précisément traversée par le Gulf stream (Les courants marins). Ces vents empruntent à la surface de la mer sa température et son humidité et amènent, sur les régions qu'ils traversent, de la pluie et une température modérée. C'est surtout en hiver que les vents du Sud-Ouest prédominent. De là l'absence presque totale de vrais hivers dans les parties occidentales de l'Europe. C'est à ce double courant d'eau tiède (le Gulf stream) et d'air tempéré et humide (le courant équatorial du Sud-Ouest) que les pays de l'Ouest de l'Europe doivent la douceur de leur climat. On observe aussi, pendant l'hiver, le vent de nord-est, c'est-à-dire le courant inverse, qui prend son origine dans les parties les plus froides de l'Europe. C'est ce courant qui détermine les périodes de froid en Europe occidentale.

Dans l'hémisphère Sud.
Ce que nous venons de dire de l'hémisphère boréal s'applique à l'hémisphère austral, où les vents alizés se dirigent du Sud-Est au Nord-Ouest. Mais ces alizés de l'hémisphère sud dépassent un peu l'équateur, tandis que ceux de l'hémisphère nord s'en tiennent un peu éloignés. En été, ces alizés du Sud s'étendent plus au delà de l'équateur qu'en hiver. Entre les deux alizés règne la région des calmes équatoriaux, sur laquelle le Soleil darde continuellement ses rayons; aussi l'évaporation des eaux de la mer n'y est jamais interrompue; la vapeur s'élève dans l'eau, atteint les régions froides de l'atmosphère, et la nuit retombe en pluie; de là, ces orages tropicaux si redoutés des navigateurs. On voit, d'après ce qui précède, que, en allant de l'équateur vers le pôle nord, on rencontre successivement : les calmes équatoriaux, les vents alizés du Nord-Est, les calmes tropicaux, au delà desquels sont les vents variables d'entre Sud-Ouest et Nord-Ouest. (E. Durand-Gréville).



[La Terre][Cartotheque][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.