.
-

Absorption

Absorption (astronomie). - Effet de l'interposition de matière (atomes, ions, molécules, poussières) entre une source lumineuse et l'observateur. La lumière reçue est d'autant plus faible que l'absorption est importante. Cela peut-être dû à l'éloignement de la source (beaucoup de matière interstellaire à traverser), ou à la nature de la matière interceptrice. 
Les poussières tendent à absorber de grandes plages de longueur d'onde, en particulier la lumière visible, dont les petites longueurs d'ondes (vers le bleu) sont d'ailleurs plus facilement bloquée que les plus grandes. Si l'absorption n'est que partielle, le résultat est un apparent rougissement de la lumière.Quant aux poussières qui ont absorbé de l'énergie, elles la réemettent au fur et à mesure, à des longueurs d'ondes plus importantes encore (infrarouge). On obtient alors un rayonnement de corps noir.

Les atomes, ions et molécules ont un comportement plus complexe. Il s'agit d'objets microscopiques. Leur manière d'agir doit être décrite en termes quantiques. Ces systèmes ne peuvent absorber (et émettre) que des valeurs bien définies d'énergie, qui dépend d'ailleur de leur nature : une atome de sodium ne stocke pas l'énergie de la même façon qu'un atome d'oxygène, par exemple). Le résultat est ici une absorption sélective de la lumière à des longueurs d'ondes bien définies, qui sur un spectre* se traduit par la formation de raies* sombres, observables dans la mesure où elles se détachent sur le spectre continu. On parle de spectre en absorption pour définir un tel spectre composite. La composante continue peut provenir de n'importe quelle source située en arrière plan. Dans le cas des étoiles, c'est la région profonde de leur photosphère. La composante discrète est, pour sa part, causée par l'interposition de gaz entre la source du fond continu et l'observateur. Ce pourra être le gaz des couches supérieures d'une atmosphère stellaire (L'atmosphère du Soleil), mais aussi un nuage de gaz interstellaire sans rapport avec l'étoile, ou même l'air de notre atmosphère. Dans tous les cas, les particules du gaz interposé interceptent et absorbent plus ou moins complètement les radiations qui les traversent à des longueurs d'ondes bien définies. Ces radiations sont donc atténuées ou même complètement absentes de la composante continue du spectre. Comme dans le cas des spectres en émission, le système de raies, distribué dans les deux cas de la même façon, constitue une sorte de code-barre qui caractérise les atomes intercepteurs (il identifie d'abord leur nature, puis les conditions physiques dans lesquelles ils se trouvent). 

.


Dictionnaire cosmographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.