.
-

Whiston

William Whiston est un théologien et mathématicien, né en 1667 à Norton (Leicester), mort en 1747 à Londres, fut chapelain de l'évêque de Norwich, puis recteur ou curé dans le comté de Suffolk, succéda à Newton en 1703 dans la chaire de mathématiques de l'Université de Cambridge, fut destitué pour ses idées hétérodoxes sur la Trinité, s'érigea dès lors en prophète, s'entoura de douze disciples, avec lesquels il prétendait rétablir l'Église primitive, et écrivit une foule d'ouvrages de controverse, dans lesquels il attaquait surtout la Trinité, et propageait l'Arianisme. Il entra à l'âge de 80 ans dans une congrégation d'Anabaptistes.

Il est l'auteur d'une théorie qui se veut une réplique à celle proposée par Burnet. D'après la théorie de Whiston, exposée dans un livre intitulé : A new theory of Earth from its origine to the consummation of all things, Lond. 1698, in-8°), la création dont parle Moïse n'est pas celle de l'univers, qui comprend d'innombrables mondes semblables au nôtre; le récit de la Genèse ne s'applique qu'à la nouvelle forme que la Terre a prise lorsque la main du Créateur l'a tirée du nombre des comètes pour en faire une planète. Car, dans le système du savant anglais, l'origine de notre Terre, le chaos primitif, fut l'atmosphère d'une comète; le mouvement révolutif de la Terre autour du Soleil, indéterminé d'abord comme celui de presque toutes les comètes, n'est devenu annuel qu'avec la nouvelle forme planétaire; avant le Déluge, l'orbite terrestre était un cercle parfait; l'année solaire et l'année lunaire étaient de même durée, contenant chacune 360 jours; le Déluge a commencé le dix-huitième jour de novembre de l'année 2365 de la période julienne (2349 ans avant l'ère chrétienne), au moment où une comète a passé tout près du globe terrestre.

L'auteur parle aussi de la chaleur centrale qui, de l'intérieur du globe devait irradier contamment vers la circonférence. Il attribue au Déluge universel tous les changements arrivés à la surface et à l'intérieur du globe. Traitant enfin de l'état futur de la Terre, il dit qu'elle périra par le feu, que sa destruction sera précédée de tonnerres et de météores effoyables, que le Soleil et la Lune auront l'aspect hideux, que les cieux paraîtront s'écrouler; mais qu'après que le feu aura dévoré tout ce que la Terre contient d'impur, après qu'elle sera vitrifiée et devenue transparente comme le cristal, les saints et les bienheureux viendront en prendre possession pour l'habiter jusqu'au temps du jugement dernier.

Bien que louée par Locke et Newton, cette théorie excita de vives discussions. La critiquant, après l'avoir analysée, Buffon reproche surtout à Whiston d'avoir étrangement mêlé la science divine avec les sciences humaines, en prenant les passages de l'Ecriture pour des faits de physique et pour des résultats d'observations astronomiques. (Hoefer, 1872).



Principaux ouvrages- Nouvelle théorie de la Terre (1696); la Chronologie de l'Ancien, Testament et l'Harmonie des quatre évangiles, 1702; le Christianisme primitif rétabli (1711), où il prêche l'Arianisme. On lui doit aussi une édition d'Euclide, une traduction estimée de l'historien Josèphe, des mémoires sur Samuel Clarke et des Mém. sur sa propre vie, 1749-50.
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.