.
-

Werner (Abraham Gottlob), né à Wehrau en Silésie en 1750, mort à Dresde en 1817. Il ne s'était, pendant son long enseignement absenté que deux fois de Freyberg : en 1802, où il reçut à Paris le brevet d'associé étranger de l'Institut et celui de citoyen français; et en 1817, étant allé à Dresde dans l'espoir de trouver quelque soulagement à sa dernière maladie. Parmi ses principaux élèves, on remarque Alexandre de Humboldt, Léopold de Buch. Son Traité d'oryctognosie (Freyberg, 1792, in-8°) est le plus remarquable de ses ouvrages.

Le chef de l'école des Neptuniens, Werner, professeur à l'école des mines de Freyberg (Saxe), réunissait pendant plus de quarante ans (de 1775 à 1817) autour de sa chaire une jeunesse nombreuse, avide de s'instruire. Le premier il fit de l'étude des minerais et de l'art du mineur une science à part, et, en lui donnant le nom d'oryctognosie, il la sépara de la minéralogie proprement dite; de même qu'ils sépara, sous le nom de géognosie, la connaissance positive des masses constitutives de l'écorce terrestre, de ce qu'on appelait la géogénie, c'est-à-dire l'histoire ou la théorie de la formation du globe. 

Suivant le système auquel Werner a attaché son nom, l'eau est la source de toute formation. Recouvrant, à l'origine, toute la surface du globe, y compris le sommet des plus hautes montagnes, l'eau tenait en dissolution ou en suspension les éléments de tous les terrains : ceux qui se sont déposés les premiers, les plus anciens dépôts, ont formé les principales assises ou les principales sommité. L'eau baissant peu à peu de niveau, et son action dissolvante venant à changer, de nouveaux dépôts ont recouvert les premiers sous forme de couches d'une grande étendue, mais en s'élevant à des hauteurs de moins en moins considérables. Le niveau venant à baisser encore, une agitation plus grande des eaux rendait la cristallisation plus confuse, et bientôt n'apparurent que des masses terreuses, de simples sédiments; les courants de plus en plus rapprochés du fond de l'immense réservoir, l'attaquèrent, en détachèrent des fragments, les chassèrent et mêlèrent ainsi des dépôts purement mécaniques aux précipités chimiques qui se formaient sans cesse. 

A ces périodes d'agitation succédèrent des périodes de tranquillité, et c'est alors que les êtres organisés firent leur première apparition. Mais ces périodes de tranquillité furent interrompues par de grandes révolutions : à deux époques différentes les eaux ont extraordinairement haussé de niveau, et elles ont produit de nouveaux dépôts cristallins qui ont recouvert tous les terrains formés précédemment. En somme, aux yeux du chef des neptuniens, toutes les roches, même le basalte, étaient des précipités chimiques d'une sorte de fluide chaotique, formant, à l'origine des choses, une mer universelle. (Hoefer).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.