.
-


Syncrétisme, c.-à-d. en grec réunion. On désignait ainsi la réunion des villes rivales de la Crète contre l'ennemi commun. On l'employa ensuite pour exprimer le mélange de plusieurs doctrines différentes. A Alexandrie, le syncrétisme philosophique se montra avec Philon le Juif, Potamon, Numénius et d'autres.

A la Renaissance, on vit un syncrétisme à la fois philosophique et religieux dans les tentatives de Pic de la Mirandole, de Reuchlin, de Marsile Ficin et de plusieurs autres, qui essayèrent de concilier les dogmes du christianisme, les uns avec Platon et la Kabbale, les autres avec les doctrines d'Alexandrie, de Pythagore et du Stoïcisme.

Le nom de Syncrétistes fut donné, au XVIIe siècle, aux partisans de l'Allemand Georges Calixte ou Callisen, qui voulait réunir dans un même symbole les catholiques et les protestants. Le syncrétisme diffère de l'éclectisme en ce qu'il n'est qu'un mélange sans choix et sans critique de doctrines opposées, et souvent inconciliables.

.


Dictionnaire Idées et méthodes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.