.
-

Sténon

Sténon, Nicolas, ou Steensen, Niels (né en1638 à Copenhague - mort en 1686 à Schwerin) - Anatomiste habile, premier médecin de Ferdinand II, grand duc de Florence, Sténon a écrit, dans un opuscule intitulé : Prodrome d'une dissertation sur le solide contenu naturellement à l'intérieur d'un solide (Florence, 1669, 76 pages, in 4°), quelques vues qui sont du plus haut intérêt pour l'histoire de la géologie. Ses raisonnements ont la rigueur de déductions géométriques. Ainsi, il commence par établir en axiomes 1°) que lorsqu'un corps solide est de toute part enveloppé par un autre corps solide, celui qui a donné à l'autre son empreinte s'est développé le premier; 2°) que dans le cas où un corps solide est de tous points semblable à un autre corps solide, non seulement par son aspect extérieur et sa configuration, mais encore par sa composition intime, le lieu ou le mode de leur production doivent être les mêmes. De là il induit que l'existence de fossiles est antérieure à celle des roches où ils sont enfermés; que les terrains stratifiés, étant complètement analogues aux dépôts laissés par les eaux troubles, doivent avoir la même origine; enfin que les corps extraits de la Terre et qui présentent exactement la même structure de plantes ou d'animaux, ont été produits de la même manière, dans les mêmes conditions et dans les mêmes lieux.

Sténon est ainsi parvenu à distinguer le premier les terrains en primitifs, caractérisés par l'absence de tout fossile, et en terrains secondaires ou de formation plus récente, caractérisés par la présence de fossiles. Il a signalé en même temps la différence des végétaux et des coquilles comme un moyen de distinguer les couches sédimenteuses, dues aux eaux de la mer, de celles dont il faut rapporter l'origine aux eaux fluviales. Du fait de l'horizontalité, inséparablement lié à celui du dépôt sédimentaire, et de ce que des couches de cette nature tapissent le flanc des montagnes, il conclut que ces couches ont dû être soulevées er redressées par l'effort des vapeurs souterraines et que celles-ci, s'étant embrasées et cherchant à se dégager, ont produit, dans certaines directions, des soulèvements de l'écorce terrestre, et dans d'autres, des affaissements avec effractions. Ces vues ont servi de base à la géologie moderne. (Hoefer).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.