.
-

Stanley

Stanley, Henry Morton (de son premier nom : John Rowlands ), voyageur né près de Denbigh (Pays de Galles) le 28 janvier 1844, mort  en 1904 à Londres. Fils d'un fermier, John Rowland, il fit ses premières études dans la maison des pauvres de Saint-Asaph. A quinze ans, il partit pour la Nouvelle-Orléans sur un navire où on l'employait au service des cabines. Adopté par un marchand du nom de Stanley, il s'engagea au début de la guerre de sécession dans l'armée confédérée, puis passa dans la marine fédérale. A la paix, il se fit reporter d'un journal en Turquie. Le New York Herald le choisit comme correspondant à la suite de l'armée anglaise en Abyssinie (1867), puis en Espagne, et l'envoya en 1870 à la recherche de David Livingstone dont on n'avait reçu aucune nouvelle depuis deux années. 

Henry Stanley, parti de Bombay, parvint à Zanzibar en janvier 1871, et le 10 novembre découvrit Livingstone à Ujiji, sur le Tanganyika. Il le ravitailla et jusqu'en 1872 coopéra à l'exploration du Tanganyika. Revenu en Angleterre en juillet 1872, Stanley reçut un accueil enthousiaste et la grande médaille de la Société de géographie. Le New York Herald et le Daily Telegraph lui confièrent en 1874 la direction d'une expédition au centre de l'Afrique. Stanley, à la tête de 300 hommes, explora la région du lac Victoria-Nyanza, puis l'Albert-Nyanza et découvrit qu'il n'avait aucune communication avec le Tanganyika, puis que le grand cours d'eau découvert par Livingstone, et qu'il croyait être le Nil, était en réalité le Congo (L'exploration de l'Afrique).
-

Portrait de Stanley.
Portrait de Henry Morton Stanley.

Stanley mit ensuite plusieurs mois à descendre en canot le fleuve, au milieu de difficultés inouïes et atteignit Saint-Paul de Loanda, puis Zanzibar et revint en Angleterre en 1878. Stanley entreprit une nouvelle expédition en Afrique en 1879 pour le compte de la Belgique : elle avait un but purement économique, le développement du commerce sur le Haut Congo. Stanley y réussit admirablement et établit une ligne de comptoirs sur le Congo, depuis son embouchure jusqu'à Stanley Pool. C'est à la suite de cette expédition que fut fondé l'Etat libre du Congo. Henry Stanley, en 1887, fut envoyé par l'Angleterre au secours d'Emin Pacha. Il conduisit une véritable armée de 700 hommes qui finit par ramener le gouverneur de l'Afrique équatoriale, mais après avoir livré combats après combats et avoir versé des flots de sang (La Nubie et le Soudan Oriental). 

Au point de vue géographique, Stanley avait découvert une forêt immense dans le Haut-Congo, une montagne très élevée sur le Nyanza, qui fut nommée Ruwenzori, le fleuve Aroubimi, certaines des sources du Nil Blanc (lac Albert-Edward). Stanley, après être resté au Caire jusqu'au printemps de 1890, reçut en Angleterre une série d'ovations. Le 12 juillet, il épousait à Westminster une artiste très connue, Miss Dorothy Tennant, et depuis il jouit de sa gloire, entreprenant à travers les États-Unis et l'Angleterre une suite de conférences fructueuses, relatives à ses découvertes. Stanley retourne s’établira définitivement en Angleterre et reprendra la nationalité britannique en 1892. Il sera même élu membre du Parlement trois ans plus tard. (R. S.).



En bibliothèque - Stanley a écrit : How I found Livingstone (1872); Through the dark Continent (1878); The Congo and the founding of its free State (1885); In darkest Africa (1890, 2 vol.); My dark companions and their strange stories (1893); Through South Africa (1898). 
 
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.