.
-

Sieyès (Emmanuel-Joseph, comte), né à Fréjus en 1748, fut d'abord vicaire général de l'évêque de Chartres. Il dut son élection aux états généraux en 1789 à une célèbre brochure intitulée : Qu'est-ce que le tiers-état? Ce fut sur sa proposition que le tiers état se constitua en Assemblée nationale. Métaphysicien politique, il parlait difficilement en public. Il fut le promoteur de la division de la France en départements. Membre de la Convention, il vota la mort du roi. II se tint à l'écart pendant la Terreur, refusa d'entrer au Directoire lors de l'établissement de la constitution de l'an III, et siégea au conseil des Cinq-Cents.
-
Sieyès.
Sieyès (1748-1836).

Sieyès fut envoyé comme ministre plénipotentiaire à Berlin en 1798, entra au Directoire en 1799, aida Bonaparte à accomplir le coup d'Etat du 18 brumaire, et fut l'un des trois consuls provisoires. Il reconnut bientôt, suivant sa propre expression, «-qu'il avait mis un clou où il ne croyait placer qu'une cheville. » Il fut fait sénateur, reçut la terre de Crosne, et fut créé ensuite comte de l'empire. Il fut nommé pair pendant les Cent-Jours. Exilé après la seconde restauration, il ne rentra en France qu'en 1850, et mourut en 1856. Il a émis la plupart des idées que la Révolution a réalisées.

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.