.
-

Schliemann

Heinrich Schliemann est un archéologue né en Allemagne, à Neu-Buckow (Mecklembourg-Schwerin), le 6 janvier 1822, mort à Naples le 22 décembre 1890. Son père qui était pasteur lui fit commencer ses études classiques; mais obligé, dès l'âge de quinze ans, de gagner son pain quotidien, le jeune Heinrich Schliemann entra comme apprenti chez un épicier. Un accident matériel, qui mit sa vie en danger, l'obligea à se faire soigner à l'hôpital de Hambourg et il perdit son emploi. A sa sortie de l'hôpital, il s'embarqua sur un navire qui le transporta à Amsterdam; là, ses modestes occupations commerciales et les leçons qu'il donnait lui laissant quelques loisirs, il eut l'énergie et la force de volonté nécessaire pour apprendre la plupart des langues les plus parlées en Europe, notamment le russe, ce qui lui valut, en 1856, d'être envoyé par son patron à Saint-Pétersbourg; il y fonda pour son compte une maison de commerce pour les denrées coloniales et trouva encore moyen d'apprendre le grec moderne et le grec ancien.
-
Schliemann.
Heinrich Schliemann
(1822-1890).

Dans les années suivantes, Schliemann voyagea pour ses affaires en Suède, au Danemark, en Allemagne, en Italie, en Egypte, en Syrie, en Grèce, où il commença à s'éprendre des souvenirs archéologiques et des ruines de ce pays. Rentré à Saint-Pétersbourg, et ses affaires commerciales prospérant dans des proportions inespérées, il revint en 1863 visiter de nouveau la Grèce et l'Asie Mineure; puis il alla en Inde, en Chine et au Japon; à son retour, il réalisa sa fortune devenue considérable et se fixa pour quelque temps à Paris dans le but d'étudier l'archéologie grecque. Il retourna une troisième fois en Grèce, s'y maria avec une femme éprise comme lui des souvenirs homériques et il obtint enfin, en 1871, du gouvernement turc, la réalisation de ses rêves si longtemps caressés : c'était l'autorisation de pratiquer des fouilles à Hissarlik, sur l'emplacement présumé de l'ancienne Troie. Les découvertes qu'il fit dans cette localité commencèrent à répandre son nom dans le monde scientifique.

Ses découvertes ou plutôt l'interprétation qu'il leur donnait soulevèrent d'ardentes polémiques et rencontrèrent des incrédules qui eurent beau jeu lorsque Schliemann se mit, sans preuve, à donner des noms homériques à tout ce qu'il exhumait  : c'était le trésor et le palais de Priam et la résurrection historique, suivant lui, de tous les détails de l'épopée (L'Iliade). Mais quoi qu'on dut penser des interprétations de l'intrépide fouilleur, il fallut bien se rendre à l'évidence, surtout lorsqu'il eut, pendant de longues années, poussé l'exploration du site troyen jusqu'au sol vierge et qu'on put constater comme des stratifications archéologiques permettant de reconnaître quatre villes superposées (puis neuf), qui représentaient les différentes phases de l'histoire de Troie depuis l'époque préhistorique jusqu'à la colonie romaine
-

Schliemann en Egypte.
Schliemann en Egypte.

Schliemann, admirablement secondé par sa femme, entreprit des fouilles analogues sur trois autres points principaux de la Grèce de l'épopée, Mycènes,Tirynthe, Ithaque. Là, son exploration fut non moins heureuse, quoi qu'on pense des noms d'Agamemnon, de Clytemnestre, d'Ulysse et autres, pompeusement attribués aux tombeaux, aux palais et aux merveilleux trésors mis au jour. 

L'ensemble de ces découvertes, qui rendirent, à jamais célèbre le nom d'Heinrich Schliemann, est maintenant installé partie au musée d'Athènes, partie au musée d'Istanbul. Elles furent le point de départ des recherches qui se poursuivent maintenant dans la Grèce propre, les îles de la mer Egée et en Crète, et nous révèlent une grande civilisation protohistorique, à laquelle on donne le nom de mycénienne, égéenne ou crétoise. Grâce à Schliemann, un domaine immense et insoupçonné avant lui a été ouvert à l'archéologie. (E. Babelon).



En bibliothèque. - Schliemann a consigné lui-même les résultats de ses recherches personnelles dans les ouvrages suivants : Antiquités troyennes, Rapport adressé à la Société archéologique d'Athènes sur les fouilles de Troie de 1871 le 1873 (réimprimées en allemand; Leipzig, 1874); Atlas d'antiquités troyennes, reproductions photographiques pour le Rapport sur les fouilles de Troie (Leipzig, 1874, in-8 et atlas de 218 pl., traduit en français par Rangabé); Ithaque, le Péloponnèse, Troie (1869, in-8); Mycènes, avec une préface de Gladstone (Londres et Leipzig, 1878, in-8, traduit en français par Girardin, 1879, in-8); Ilios, ville et pays des Troyens, avec une autobiographie fort curieuse de l'auteur (1885, gr. in-8, traduit de l'anglais en français par Mme Egger); Tirynthe, le palais préhistorique des rois (1885, gr. in-8). Schliemann a publié à la suite de son Voyage en extrême Orient la Chine et le Japon au temps présent (1867, in-8).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra,  2010. - Reproduction interdite.