.
-

Santeul

Jean de Santeul est un poète latin, de nationalité française, né à Paris le 12 mai 1630, mort à Dijon le 5 août 1697. Son acte de baptême portait la forme Santeul, non Santeuil, et le seul prénom de Jean, non pas Jean-Baptiste. Fils d'un père marchand et échevin, qui appartenait à une ancienne famille parisienne, il avait été élève du collège de Clermont, et s'était fait remarquer déjà par sa précocité comme poète, lorsqu'il entra à l'abbaye de Saint-Victor où il fit profession (1650). Mais il n'en mena pas moins une vie mondaine et fut le familier de Condé. Bien que les princes dont il était le commensal à Chantilly, ou du moins les duchesses du Maine et de Bourbon, l'aient parfois traité de façon peu digne, il n'est nullement prouvé que sa mort ait été causée, comme l'a avancé Saint-Simon, par une plaisanterie du duc de Bourbon qui aurait versé dans son verre le contenu d'une tabatière.
-
Jean Santeul.
Jean Santeul.

C'était le prince de Condé qui l'avait emmené à Dijon, et les Etats de Bourgogne firent les frais de ses funérailles. Par ses poésies latines comme aussi par son esprit il jouit, de son temps même, d'une grande réputation. Il était « le poète perpétuel de l'Hôtel de ville de Paris », auquel il a fourni des inscriptions pour divers monuments, notamment pour les fontaines, et travaillait aussi pour plusieurs églises et paroisses. On a pu le considérer comme le plus grand, poète latin du règne de Louis XIV et le fondateur de la poésie chrétienne; la première place a longtemps été donnée à ses hymnes dans le bréviaire parisien.

Boileau l'a raillé, à cause des contorsions avec lesquelles il récitait ses poésies, et La Bruyère l'a dépeint sous le nom de Théodas. Il était d'une extrême vanité. Comme ses hymnes, les inscriptions qu'il a composées ont souvent été traduites par ses contemporains, par Corneille lui-même. Ses oeuvres complètes ont été éditées en 1729 (Paris, 3 vol. in-12). On a publié aussi en 1708, sous le titre de Santeuilliana, un recueil de ses bons mots avec un récit de sa vie et un choix de ses compositions; ce recueil a été ensuite complété et remanié, notamment en 1723. Les dernières  éditions de 1754 et de 1801 sont intitulées Santoliana. (M. Barroux).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.