.
-

Saadia

Saadia (en arabe Saïd), est un théologie et philosophe juif, fils de Joseph, né à Fayoum (Haute-Egypte) en 892, mort en 942. Il fut appelé, en 928, par l'exilarque David ben Zakkay, à la direction de l'école talmudique de Sora, en Babylonie, et devint ainsi le chef spirituel (gaôn) des Juifs. Mais ayant refusé d'approuver une décision injuste de l'exilarque dans un procès de succession, il fut contraint de quitter Sora en 933 et se retira à Bagdad. En 937, il fut replacé à la tête de l'Académie de Sora et conserva ses fonctions jusqu'à sa mort.

Versé à la fois dans les sciences sacrées et profanes, Saadia consacra sa vie à défendre le judaïsme traditionnel contre les attaques des Caraïtes aussi bien que des partisans de la philosophie. Contre les Caraïtes détracteurs du Talmud, il s'efforça de montrer que la loi écrite implique la loi orale, et, contre les rationalistes, il chercha à prouver que la raison s'harmonise avec les principes de la foi révélée.

Saadia est le premier écrivain juif qui ait écrit sur la grammaire, la lexicographie, l'exégèse rationnelle et la théologie, et il est le véritable créateur de ces diverses branches d'études. Ses principaux ouvrages sont : 

1° Un dictionnaire hébreu intitulé Agron, qui contenait une double liste des mots, rangés par ordre alphabétique, d'abord des initiales, puis des finales. Saadia voulait faciliter ainsi aux poètes la recherche des acrostiches et des rimes. Il ne reste de ce livre qu'un fragment. 

Le Livre de la Langue, qui renfermait divers traités grammaticaux. Cet ouvrage est entièrement perdu. 

3° La traduction arabe de la Bible, dont on possède le Pentateuque, Isaïe, les Psaumes, les Proverbes, Job, le Cantique des Cantiques, Ruth, Daniel. Saadia a poursuivi dans cette oeuvre un triple but : il a voulu rendre la Bible (l'Ancien Testament) accessible au peuple, réfuter les interprétations des Caraïtes et supprimer les idées grossières et superstitieuses de quelques-uns de ses coreligionnaires sur la divinité. Saadia, dans sa traduction, a cherché avant tout à être clair, et il ne craint pas de modifier légèrement le texte pour lui donner un sens, mais il est dénué du sens poétique. Saadia a fait deux édilitions de la traduction du Pentateuque, dont l'une est accompagnée d'un commentaire, mais on n'a conservé de celui-ci que des fragments. On possède le commentaire entier des Proverbes et des morceaux de, celui d'Isaïe, des Psaumes et de Job

Le Commentaire du Livre de la création, composé en 931. Saadia s'est évertué à retrouver des conceptions philosophiques dans les singulières idées de l'auteur sur la formation du monde au moyen des lettres et des nombres. 

Le Livre des Croyances et des Convictions, écrit en 934. Cet ouvrage, où Saadia a posé les bases de la théologie juive, renferme dix chapitres sur l'existence du créateur, son unité, les commandements et les défenses, l'obéissance et la désobéissance, les mérites et les démérites, l'âme et la mort, la résurrection, le messianisme, le monde futur, la morale pratique. Pour Saadia, la raison a une valeur absolue, mais comme elle est lente dans sa marche, Dieu y a suppléé par la révélation. Il ne peut y avoir désaccord entre la raison et la vraie tradition écrite ou orale. 

6° Des opuscules talmudiques, parmi lesquels un traité des successions. 

7° Un rituel. 

En outre, Saadia a écrit des ouvrages de polémique, malheureusement perdus, dirigés, l'un contre Anan, le fondateur du caraïsme, et l'autre contre Hisiathabalki, qui paraît avoir attaqué la véracité des récits bibliques, et une sorte de mémoire apologétique intitulé Galouy (l'exilé) ou il justifiait sa conduite et repoussait les accusations de ses adversaires. On a retrouvé de cet ouvrage quelques petits fragments. (Mayer-Lambert).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2015. - Reproduction interdite.