.
-

Robert Ier d'Artois, prince français, fils de Louis VIII et de Blanche de Castille, né, en septembre 1246, mort le 8 février 1250. Il montra de bonne heure un tempérament fier et emporté, comme en témoignent les insultes qu'il infligea à Thibaut de Champagne, pendant les intrigues de celui-ci avec la reine Blanche (1236). Il fut armé chevalier en 1237 et reçut de saint Louis un apanage constitué, principalement par l'Artois, avec le titre de comte. Une rente de 20 livres parisis par jour lui fut également assignée sur le trésor royal. La réception de Robert d'Artois dans l'ordre de la chevalerie fut une des plus magnifiques du XIIIe siècle : cent cinquante chevaliers furent armés en même temps que lui; les frais de fêtes données à cette occasion s élevèrent à 212 575 livres. Le pape Grégoire IX fit offrir la couronne impériale d'Allemagne à Robert d'Artois, mais saint Louis ne lui permit pas de l'accepter (1239). 

Robert d'Artois fut l'un des principaux chefs de la croisade de 1248. Sa femme l'accompagna jusqu'à l'île de Chypre, où elle resta et accoucha d'un fils qui fut Robert II d'Artois. En Égypte, Robert contribua aux premiers succès des croisés, qui repoussèrent l'émir Fakr-Eddin (Facardin), qui fut tué dans le combat. Le comte d'Artois adressa à la reine Blanche une lettre latine où il fait le récit du début de la campagne jusqu'à la prise de Damiette (juin 1249). Il fit rejeter les propositions de paix des Sarrasins, disant que

« qui vouloit tuer premier (d'abord) la serpent, il li devait esquachier [écraser] le chief-» (Joinville, ch. XXXVIII) 
et conseilla de marcher sur le Caire, avant de s'emparer d'Alexandrie. Le caractère intrépide, irréfléchi et opiniâtre de Robert d'Artois fut la cause du principal désastre de la croisade, qui eut lieu à la bataille de Mansoura, petite ville que Robert fit attaquer imprudemment, sans attendre que les chrétiens fussent en force suffisante et sans autre appui qu'environ six cents templiers, qui périrent presque tous avec lui, cernés dans les rues de le ville arabe, dont les Sarrasins refermèrent les portes sur eux (8 février 1250). 

Robert d'Artois reçut les surnoms de Bon et de Vaillant, qui étaient à peu près synonymes. Ses armoiries étaient : Semé de France au lambel de quatre pendants de gueules, chaque pendant chargé de trois châteaux d'or. Elles sont reproduites dans les salles des croisades du palais de Versailles. Robert d'Artois fut fiancé une première fois, en 1235, avec Marie, fille de Ferrand, comte de Flandre, morte en bas âge. Il épousa Mathilde ou Mahaut de Brabant, dont il eut Robert II d'Artois et une fille, Blanche, qui épousa Henri Ier de Navarre, puis Edmond de Lancastre. Sa veuve Mahaut de Brabant épousa en secondes noces Gui Il de Châtillon, comte de Saint-Pol. (E.-D. Grand).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.