.
-

L'archipel de la Reine-Charlotte
Haida Gwaii
L'archipel de la Reine-Charlotte (angl. Queens Charlotte's islands) ou Haida Gwaii est un archipel de l'océan Pacifique, situé sur les côtes de la Colombie Britannique (Canada), dont le sépare le détroit d'Hécate. Très compact, il présente la forme d'un triangle dont la base, large de 95 kilomètres, serait au nord-ouest, la pointe au sud-est, et qui s'allongerait sur 290 kilomètres. Distant de 90 à 175 km des îles côtières et des promontoires littoraux, il continue l'alignement montagneux de l'île de Vancouver

Le climat y est adouci par le courant marin du Kuro-Shivo. Les terres basses sont cultivables; mais de vastes forêts de cèdres et de pins couvrent l'île presque entière. La population (5500 habitants) est en partie formée d'Indiens Haïda. 

L'archipel fut signalé en 1771, par Juan Perez, dénommé en 1787 par Dixon qui en prit possession au nom du Royaume-Uni
Les îles.
En partant de la pointe on distingue plusieurs îles de taille différente. L'ensemble comprend 12.500 km². 

Kunghit.
Au sud, la petite île Kunghit se prolonge par une chaussée d'îlots et de récifs analogue à celle du Cap Scott à la pointe correspondante de l'île Vancouver.

Moresby.
Au centre, la longue île Moresby, montagneuse, très découpée, se réduit en deux endroits à moins de 3 kilomètres et demi, et serait mangée par la mer si elle n'était défendue par une arête de hauteurs; elle est flanquée, surtout à sa face intérieure, de plusieurs îles  (Louise, Talunkwan, Tanu, Lyell, etc.) à peine séparées d'elle et qui sont des morceaux détachés de la masse principale.

•  La passe Skidegate, qui sépare les deux grandes terres, Moresby et Graham, s'ouvre en forme de baie (inlet) du côté du continent, puis se réduit vers l'est à moins de 3 kilomètres. Cet étroit défilé semble être une vallée submergée. Les navires peuvent s'y aventurer avec des précautions. Le chenal offre au moins 20 mètres d'eau.
Graham.
Au nord s'étale l'île Graham, la plus large, la moins découpée. Graham est pourtant fendue vers le centre de sa côte septentrionale par l'étroit canal maritime de Masset (Masset inlet) qui pénètre à plus de 30 kilomètres, puis, dans le milieu de l'île, s'épanouit en une lagune salée très large où se déversent des lacs, des marais, des rivières.

Langara.
A l'angle nord-ouest de Graham, la petite île Langara marque la suite du soulèvement dans la direction de l'archipel alaskien.

Géologie.
L'étude géologique de la Reine Charlotte montre que les bords des terrains différents ne correspondent pas à la coupure de Skidegate, accident et non pas limite naturelle.

Au sud de l'archipel se continuent les schistes et les roches métamorphiques de l'île Vancouver, toujours traversés par des pointements éruptifs anciens; ils franchissent le chenal Skidegate à l'ouest et se terminent dans l'angle sud-ouest de l'île Graham.

Vers le centre de l'archipel apparaît une bande crétacée qui présente des étages plus anciens qu'à l'île de Vancouver, mais qui s'allonge dans le même sens que les fragments du crétacé vancouvérien. Elle commence à l'est dans l'île Louise, la plus septentrionale des satellites de Moresby, puis remplit l'angle nord-est de Moresby, franchit Skidegate et se termine à l'anse de Rennell sur la côte occidentale de Graham.

Elle présente des lits de charbon dont l'épaisseur varie de 0,50  m à 1,50 m; par endroits, le minerais est de l'anthracite. Au même étage appartient une argile avec traces d'oxyde de fer. Pénétrés par des dykes éruptifs, les sédiments crétacés carbonifères apparaissent en fragments et leurs morceaux se redressent parfois verticalement.

Au nord de l'anse de Rennell, le reste, c'est-à-dire les 4/5 de l'île Graham, est couvert de terrains plus récents qui n'ont pas leur analogue en l'île Vancouver, mais qui ressemblent à ceux du plateau intérieur de la Colombie Britannique. Dans cette partie qui fait la masse large de l'île, G. M. Dawson a cru pouvoir établir deux grandes divisions approximativement séparées par la curieuse coupure maritime du Canal et de la lagune Masset.

A l'ouest de Masset, la surface présenterait des tables de roches éruptives modernes, probablement miocènes.

A l'est de Masset, s'étaleraient des sédiments miocènes formant la partie la plus récente peut-être, si l'on excepte les dépôts glaciaires, en tout cas la moins tourmentée de l'archipel. On y trouve des lignites.

L'archipel paraît être en grande partie recouvert de dépôts glaciaires.

Relief.
Dans le relief, le trait principal est la présence d'une dorsale de hauteurs orientées comme celle de Vancouver; elle occupe tout le sud et le centre de l'archipel, c'est-à-dire la partie de Moresby formée de roches anciennes, région à la fois la plus élevée et la plus mince de l'île. Vers le centre de la longue Moresby se trouve le point culminant qui garde le nom espagnol de Mont San Cristoval : sa hauteur, évaluée à 1500 mètres par Dawson en 1877, se réduirait à 1200 ou 1300.

A 50 kilomètres dans le nord, la montagne de la Tête Rouge (Red Top Mountain) aurait de 900 à 1000 mètres. Elle doit son nom à une masse de rochers nus émergeant de la forêt, aspect ordinaire que présentent, vus du large, les hauts sommets de ces îles.

A la terminaison nord des terrains anciens, l'archipel s'élargit et, dans Graham, les hauteurs ne se présentent plus en haute chaîne allongée.

Néanmoins le massif maritime qui commence à l'île Vancouver ne se termine pas avec les terres canadiennes, dans l'archipel de la Reine-Charlotte. Il se continue sur plus de 500 kilomètres au nord par les îles américaines de l'Alaska.

A la plus septentrionale de ces îles fait suite un énorme soulèvement qui se soude au continent, séparant de l'Océan la chaîne jusque-là côtière. (A. Métin).



[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009 - 2018. - Reproduction interdite.