.
-

Raspail

François-Vincent Raspail est un chimiste et homme politique français, né à Carpentras le 24 janvier 1794, mort à Arcueil le 7 janvier 1878; fut élevé pour la carrière ecclésiastique, où il refusa d'entrer; vint à Paris, où il mena une vie précaire comme simple répétiteur et préparateur au baccalauréat, et se livra avec passion à l'étude des sciences physiques; publia dans les Annales des sciences naturelles et autres recueils du même genre, de nombreux mémoires sur la botanique, la zoologie, la paléontologie, la médecine légale : il y fit preuve d'une grande puissance d'expérimentation, mais il fit des ennemis par ses diatribes contre les corps savants. 

De bonne heure partisan déclaré de la République, il combattit et fut blessé dans les journées de juillet 1830; écrivit dans les feuilles républicaines du temps, et s'attira plusieurs procès de presse et plusieurs condamnations ; composa, pendant ses séjours réitérés dans les prisons, divers ouvrages de science (Essai de chimie microscopique, 1831; Cours élémentaire d'agriculture et d'économie rurale, 1831; Nouveau système de chimie organique, 1833; Nouveau système de physiologie végétale et botanique, 1837); se fit une notoriété bruyante à l'occasion du procès de Mme La Farge, où il critiqua vivement l'expertise du docteur Orfila.

Raspail a rendu son nom populaire, surtout dans les classes pauvres, par son Manuel de la santé (1842 et suiv.), sorte d'encyclopédie usuelle de thérapeutique, où il préconise le camphre comme une sorte de panacée universelle, et par le Fermier vétérinaire, manuel destiné au traitement des animaux domestiques, d'après la même médication. Il a exposé plus amplement son système, à l'adresse des savants dans une Histoire naturelle de la santé et de la maladie, 1843, 8 vol. in-8; et dans la Revue élémentaire de médecine et de pharmacie domestique, 2 vol. in-8, 1855, etc. 
-

Rue de Sévigné, à Paris (4e arrondissement).
Le n° 5 de la rue de Sévigné, à Paris. L'inscription indique : 
"Dans cette maison François-Vincent Raspail, promoteur du suffrage
universel [...] donna gratuitement ses soins aux malades
de 1840 à 1848 ". © Photo : Serge. Jodra, 2009.

Éloigné de la politique depuis plusieurs année, il y rentra en 1848, rédigea un journal révolutionnaire, l'Ami du peuple, présida un club, figura parmi les émeutiers qui envahirent l'assemblée nationale le 15 mai, et fut, pour ce fait, condamné à cinq ans de prison. Il devint, aux élections de décembre 1851, le candidat du parti le plus avancé à la présidence de la République; et, après la chute de l'Empire; siégea à l'extrême gauche de l'Assemblée nationale et de la Chambre des députés.

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.