.
-

Quintana (don Manuel), poète né à Madrid en 1772, mort en 1857, se fit recevoir avocat, entra de bonne heure dans l'administration, fut agent fiscal de la junte du commerce, et unit la culture des lettres au soin des affaires. il se fit remarquer dès 1797 par des poésies lyriques, donna en 1801 une tragédie, le Comte de Viseu, en 1805, Pélage, sujet national, commença en 1807 les Vies des Espagnols célèbres, prit part en 1808 au mouvement national contre l'invasion française et publia des Odes à l'Espagne libre pour enflammer l'ardeur de ses compatriotes, fut attaché à la junte centrale comme secrétaire des affaires étrangères pour l'interprétation des langues et rédigea la plupart des proclamations des Cortès. Il n'en fut pas moins emprisonné en 1814 par Ferdinand VII, et ne recouvra la liberté qu'à la faveur de la révolution de 1820. 

Après le triomphe du pouvoir absolu (1823), Quintana se retira dans l'Estramadure. En 1833, à la mort de Ferdinand VII, il fut replacé dans son ancien poste aux Affaires étrangères; en 1836, il fut nommé directeur général des études, conseiller d'État, sénateur de 1840 à 1843, il fut gouverneur de la reine lsabelle II. Il était depuis longtemps membre de l'Académie de Madrid; il reçut en 1845 la couronne d'or de poète lauréat. Quintana continua la tradition des grands poètes espagnols : il éleva le vol de la poésie populaire, et par ses vers, où respirait un enthousiasme vrai, il enflamma toutes les coeurs. Outre ses oeuvres originales, on lui doit un recueil estimé des poètes castillans (Tesoro del Parnasso). 

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.