.
-

Quatremère

Quatremère de Quincy (Antoine Chrysostome), 1755-1849. - Déjà connu dans les lettres et les arts avant 1789, il fut élu représentant de la Commune de Paris, puis membre de l'Assemblée législative (1791), et y combattit les mesures révolutionnaires, ce qui le fit incarcérer sous la Convention; fut député au Conseil des Cinq-Cents (1797), et inscrit sur la liste de déportationau 18 fructidor; devint sous le Consulat membre, puis secrétaire général du Conseil municipal de la Seine; fut nommé en 1815 intendant des arts et monuments, et en 1818 professeur d'archéologie. 

Admis de bonne heure à l'Académie des inscriptions et à celle des beaux-arts, il fut élu en 1816 secrétaire général de cette dernière compagnie, fonctions qu'il remplit jusqu'en 1839. A la connaissance de l'art et de son histoire, Quatremère unissait un goût pur, un esprit juste; mais son style est diffus et l'on a quelquefois suspecté la sûreté de son érudition. 

On remarque parmi ses écrits : De l'Architecture égyptienne comparée à l'Architecture grecque, 1785; Considérations sur l'Art du dessin, 1791; le Jupiter olympien, 1815; Dictionnaire d'Architecture, 17951825 (dans l'Encyclopédie méthodique); De l'Imitation dans les beaux-arts, 1823; Histoire de la Vie et des ouvrages des plus célèbres architectes, 1830; Histoire de la Vie et des ouvrages de Michel-Ange, de Raphaël, - de Canova, 1824-35; enfin de nombreuses Notices historiques lues à l'Académie des beaux-arts (réunies en 2 vol. in-8, 1834-37). Il a fourni au Journal des savants, aux mémoires de l'Académie, etc., un grand nombre de savantes dissertations.

Quatremère d'Isjonval, frère aîné du précédent, 17541830, s'est singularisé par ses excentricités. D'abord livré aux sciences physiques, il fit plusieurs travaux qui furent couronnés par l'Académie des sciences et découvrit les sels triples, ce qui le fit admettre de bonne heure dans cette compagnie. Ayant épuisé sa fortune dans des expériences ruineuses, il embrassa la carrière militaire et devint chef d'état-major. On a de lui, sous le titre d'Aranéologie, un livre curieux sur le travail des araignées et le rapport de ce travail avec les variations du temps (1775 et 97); il le fit suivre d'un Calendrier aranéologique.
Quatremère de Roissy, cousin des précédents, 1754-1834, ancien conseiller au Châtelet, a composé des romans et quelques écrits historiques : Histoire de Mme de La Vallière, 1823; - de Ninon de Lenclos, 1824; - d'Agnès Sorel, 1825; - de Jeanne d'Arc, 1827.
Quatremère (Etienne Marc), orientaliste, né en 1782, mort en 1857, était  fils d'un échevin de Paris, guillotiné en 1793. Membre de l'Académie des inscriptions dès 1815, il fut nommé professeur d'hébreu et de syriaque au Collège de France en 1819, et, à la mort de de Silvestre de Sacy, son maître, le remplaça comme professeur de persan à l'Ecole des langues orientales (1838). On lut doit de savantes recherches sur la langue copte, sur l'histoire et la géographie de l'Egypte ancienne, publiées en 1808, des lexiques de diverses langues orientales, des traductions de l'Histoire des Mongols de Perse, de Raschid-Eddin (1836), ainsi que de l'Histoire des Sultans mamelouks de l'Égypte, de Makrizy (1837-1845); la publication du texte des Prolégomènes d'lbn-Khaldoun, 1852, et de savants Mémoires sur les Nabathéens (1855), sur le Périple d'Hannon (1857), etc. Ce savant était doué d'une mémoire prodigieuse et possédait une immense érudition. il avait formé une riche bibliothèque orientale qui, après sa mort, fut achetée par le roi de Bavière. 
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.