.
-

Le Primatice

Francesco Primaticcio, ou, suivant sa propre signature, Primadiccio, dit en France le Primatice, est un peintre, sculpteur et architecte italien, né à Bologne en 1504 ou 1505, mort en France en 1570. Il étudia sous Innocent d'Imola et sous Barthélemy Bagnacavallo, et passa en 1526 sous la direction de Jules Romain, qui l'employa à la décoration du palais du Té à Mantoue. Le Primatice y exécuta sur les dessins de Jules une double frise de stuc représentant le Triomphe de l'empereur Sigismond, qu'on y voit encore. Il travaillait aussi la peinture, et ce double talent de. peintre et de stucateur le fit appeler en France par François Ier, qui pressait la décoration de son château de Fontainebleau. Cela fut en 1532. Outre Mantoue et Bologne, Primatice avait visité Modène, et sans doute aussi Parme, Florence et Rome, où il est à croire qu'il étudia les oeuvres de Michel-Ange et du Corrège

Le roi de France l'employa d'abord à décorer de stuc et de peinture mêlés sa chambre et la chambre de la reine, puis la porte du château appelée porte Dorée, et une chambre au-dessus de cette porte. Pendant ce temps, le Rosso, peintre florentin, qu'il avait trouvé en exercice, exécutait la galerie dite aujourd'hui de François Ier, et dont on attribue à tort les stucs au Primatice. La rencontre de ces deux artistes a donné lieu à plusieurs fables et fait imaginer entre eux des rivalités violentes, dont le récit ne repose sur aucune preuve. Au contraire, ils mêlèrent quelquefois leurs travaux. Le pavillon de Pomone dans les jardins de Fontainebleau, la galerie Basse sur l'étang, dite plus tard salle du Conseil, et les décorations qu'on fit en 1540 pour l'arrivée de Charles-Quint furent l'oeuvre commune de ces deux hommes. 

Cette même année 1540, Primatice, député par le roi en Italie pour y rechercher des oeuvres d'art, s'arrêta à Rome, où son compatriote Vignole l'assista dans l'exécution de quelques moules pris sur plusieurs figures antiques. Tous deux repartirent ensemble pour la France, où ces moules servirent aussitôt à fondre, sous leur direction, des bronzes qui sont demeurés célèbres, et dont cinq subsistent aujourd'hui le Laocoon, la Vénus de Guide, l'Apollon du Belvédère, l'Hercule Commode et la Cléopâtre ou Ariane. Le Rosso était mort durant l'absence du Primatice, qui se trouva par là le premier des artistes du roi. Il acheva la salle du roi, son propre ouvrage, et celui du Rosso dans la galerie par l'exécution de deux sujets peints : une Danaé et une Sémélé. Puis on le vit, de 1542 à 1545, donner à la fois ses soins au cabinet du roi, à la chambre en arrière de la porte Dorée, à la grotte du jardin des Pins et à la chambre d'Alexandre où logeait la duchesse d'Etampes

L'amitié de la favorite, jointe à la faveur du roi, servit notre artiste contre les attaques de Cellini. Celles-ci se déclarèrent à propos d'une fontaine qu'on voulait élever dans la cour de Fontainebleau, et dont l'orfèvre florentin prétendit avoir la commande. Ce fut le Primatice qui l'éleva. Cellini dans ses Mémoires a entassé plusieurs mensonges au sujet de ces rivalités, entre autres la fameuse exposition de son Jupiter dans la galerie de Fontainebleau en concurrence des bronzes plus haut cités, et qui réellement n'eut jamais lieu. Les deux ouvrages les plus considérables du Primatice à cette époque sont l'appartement des bains et la galerie d'Ulysse, de laquelle les trois quarts furent achevés avant la mort de François ler, survenue en 1547. Cette galerie eut 150 m de long, et ne comporta pas moins de 161 sujets peints, au milieu d'arabesques qui répandirent ce genre en France. En 1540, il revit l'Italie et en rapporta des moules de quelques ouvrages de Michel-Ange. Henri II lui donna à décorer la salle de Bal de Fontainebleau, où se trouvent ses plus grands ouvrages. 

A cette époque il devint le favori des Guises qui l'employèrent tour à tour à dresser les plans du tombeau du duc Claude à Joinville, à décorer les bâtiments dits de la Grotte, que le cardinal de Lorraine élevait à Meudon, et plus tard à peindre la chapelle de l'hôtel de Guise à Paris. Il travailla aussi pour le cardinal de Ferrare, pour Dinteville, évêque d'Auxerre, pour le comte de Clermont-Tonnerre à Ancy-le-Franc, dont on lui attribue l'édifice, et peut-être pour Jean Duthier à Beauregard. Au lendemain de la mort de Henri II, le Primatice donna les dessins d'une grande décoration pour l'entrée que faisait à Chenonceaux la reine mère Catherine de Médicis. Celle-ci, qui devenait maîtresse du royaume, le nomma directeur des Bâtiments du roi, siens propres. 

Cette charge comportait les fonctions d'architecte, et ce qui se fit sous sa surintendance doit être regardé comme son ouvrage en ce genre. Il augmenta le château de Fontainebleau de l'aile au Sud du Fer à Cheval sur la cour du Cheval Blanc, et, sur la cour de la Fontaine, de celle que l'on nomme de la Belle Cheminée. Outre quelques ouvrages de moindre importance, on lui dut encore une galerie et un pavillon dit de le Chancellerie à Saint-Germain, et enfin les plans de la magnifique sépulture des Valois à Saint-Denis, qui ne fut élevée qu'après sa mort, de sorte que ses dessins ne furent peut-être pas suivis. En même temps que les maçons des maisons royales, il dirigea depuis 1560, dans l'atelier du Grand-Nesle, les sculpteurs qui travaillaient aux monuments des choeurs de Henri II et de François Il, et au célèbre tombeau du premier. Ces divers ouvrages, conservés au Louvre et à Saint-Denis, sont du dessin du Primatice.

Il mourut en 1570, après quarante ans passés à la cour de France, durant lesquels il exerça sur les beaux-arts une espèce de dictature, que seule l'influence de Philibert de l'Orme, et les exemples laissés par le Rosso partagèrent. Son style propre a prévalu dans ce qu'on a nommé, par une appellation confuse et parfois inexacte, école de Fontainebleau. Il s'étendit aux moindres objets et jusqu'aux émailleurs, aux tapissiers et aux brodeurs. Le Primatice est l'auteur authentique des émaux de Saint-Père de Chartres attribués à Rochetel, et on doit regarder comme faite sur ses dessins la tenture des Dieux arabesques tissée à Fontainebleau, et dont les Gobelins et le Musée des Tissus de Lyon gardent les débris, ainsi qu'un corporalier du musée de Cluny. Il fut aussi un exemple aux graveurs, parmi lesquels, le maître au monogramme L. D., auteur d'un grand nombre de pièces d'après lui, doit passer pour son plus brillant élève. 

En peinture Niccolo dell' Abbate, en sculpture Germain Pilon ont reproduit exactement son style. Ses principaux aides à Fontainebleau ont été, avec le premier : Lucas Penni, Fantuzzi, dit Fantose, J.-B. Bagnacavallo, Miniato, Virgile Baron, Caccianemici, dit Cachenemis, Ruggieri, dit Roger de Rogery, et les Français Badouin, Casmoy, Musnier et Rochetel; à l'atelier de Nesle, outre Germain Pilon, Laurent Renaudin, Jérôme della Robbia, Dominique Florentin, Ponce, et les Français Rousscl et Leroux, dit Picard.

Les oeuvres du Primatice sont en grande partie détruites, et celles que l'on conserve sont si fort restaurées, qu'on n'y peut plus guère juger de ses mérites en tant que peintre. Il faut faire exception pour la chambre des Muses au château d'Ancy-le-Franc, mais on n'a pas de preuves positives qu'elle soit de lui. Des dessins admirables conservés en grand nombre, des stucs, et quelques ouvrages de bronze et de marbre demeurent seuls pour perpétuer sa gloire et le souvenir d'un talent fait de science et d'adresse, d'un grand sentiment poétique, d'une douceur et d'un goût exquis, gâtés, à vrai dire, par la manière, mais que ne cessa jamais de soutenir et de renouveler l'étude incessamment reprise de la nature. (L. Dimier).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2012. - Reproduction interdite.