.
-

Julius Pollux

Pollux (Julius), grammairien et sophiste célèbre du siècle de Marc-Aurèle, né vers la fin du règne d'Hadrien à Naucratis en Égypte (Philostr., Vitae Soph., Il; Suidas, art. Pollux). A l'école de son père; il apprit la grammaire et étudia la littérature; à Rome, sous Hadrien de Tyr, il s'occupa d'éloquence et de sophistique. Antipater de Tyr lut un de ses nombreux disciples. Marc-Aurète en fit un des maîtres de son fils Commode. Pollux eut beaucoup d'admirateurs, mais il fut critiqué par Athénodore et Lucien. Commode, devenu empereur, le choisit pour succéder à Hadrien de Tyr dans la chaire d'éloquence. Pollux mourut à Athènes à cinquante-huit ans. 

Suidas lui attribue des Déclamations, des Dissertations sur la mythologie et l'histoire, un Eloge de Rome, un Epithalame à Commode, une Accusation contre Socrate, une contre les Sinopéens, deux Panégyriques en l'honneur, l'un de toute la Grèce, l'autre de l'Arcadie. Nous avons conservé de lui un Lexique en dix livres, Onomasticon, dédié à Commode, où sont rangés des mots synonymes et analogues, sous quelques mots principaux servant de titres aux chapitres. On y trouve des citations de poètes, de philosophes, d'orateurs qui viennent d'ouvrages aujourd'hui perdus. II intéresse à la fois les grammairiens et les érudits. La meilleure édition classique est celle de Wetstein (Amsterdam, 1706, 2 vol. in-fol.) (F. Picavet).

Pollux (Julius), prétendu écrivain byzantin. Ce nom, forgé de toutes pièces par le copiste André Darmarios, a été inscrit par lui en tête d'une chronique anonyme de la fin du Xe siècle, commençant à l'origine du monde et qui s'arrête, dans l'état actuel des manuscrits, à l'an 377 ap. J.-C. ; mais il est probable que primitivement elle continuait jusqu'aux temps byzantins, sans doute jusqu'au Xe siècle, comme les chroniques auxquelles elle est bel étroitement apparentée et que l'on désigne sous les noms de Léon le Grammairien et de Théodose de Mélite. Tous ces ouvrages, qui ne sont que des remaniements de la chronique de Syméon le Logothète, sont importants par les fragments anciens qui ils conservent, en particulier par ceux de Sextus Julius Africanus. La première édition du pseudo-Pollux a été donnée en 1779 par Bianconi, à Bologne. (Ch. Diehl).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.