.
-

Le Voyage d'Uraniborg
Jean Picard, 1680


Article V

Picard 
Avant que de venir à Uraniborg, M. Bartholin m'avait fait voir dans les manuscrits de Tycho plusieurs observations qui n'ont  point été imprimées, parmi lesquelles étaient les angles de position de plusieurs lieux remarquables vus du centre d'Uraniborg. Tycho marque expressément que c'était pour la seconde fois qu'il avait pris ces angles avec soin, et après avoir vérifié la ligne méridienne. En voici l'extrait : 
-
Copenhague, 17° 18'1/2 méridional. Occidental.
Malmoë, 29°45 M. Or.
Lunde, 53 50 M. Or.
Landscrone, 64°42 M.Or.
Helsemborg, 0 17'1/2 sept.Or.
Cronenborg, 16 29 S. Oc.
Helseneur, 19 37 S. Oc.
Il ajoute à la marge qu'il a toujours pointé aux principales tours des Eglises : sur quoi il est bon de remarquer qu'à Copenhague, l'église de Notre-Dame était alors la plus considérable.

Pour en venir à l'examen de ces observations, je commençai par l'établissement de la ligne méridienne  d'Uraniborg, et ne me contentant pas d'en avoir une tracée sur un plan, laquelle m'aurait pu produire au loin des erreurs considérables; je m'attachai à déterminer la position de la Tour astronomique de Copenhague à l'égard du méridien; ensuite de quoi je pris très exactement les angles de distances horizontales entre le centre de cette Tour et tous les points de l'horizon que Tycho avait désignée, et par ce moyen j'eus la position de ces mêmes points à l'égard du méridien. Je ne m'arrêtai point à Cronenborg, parce que j'y voyais plusieurs donjons, sans pouvoir déterminer celui auquel Tycho avait pointé.

Position du vertical de la Tour astronomique de Copenhague à l'égard du méridien d'Uraniborg

Le 27 octobre 1671 à 7h 31' 57" du matin, le vertical de la tour astronomique fut éloigné de celui du Soleil de 82° 44' 0"
Mais supposé la hauteur du Pôle vrai de 55°54'15"
Et la déclin. austr. du Soleil de 12°51 0
L'angle vertical du Soleil avec le méridien était de 65° 58'0"
Vers l'orient, qu'il faut ôter de 82°44'0'
ci-dessus observé : d'où il s'ensuit que le vertical de la Tour astronomique décline de 16°46'0" du Midi vers l'Occident.

Le même jour au soir à 4 h 35' 46" le vertical de la tour astronomique fut éloigné de celui du Soleil de 48°39'35".

Mais supposant la hauteur du pôle ci-dessus et la déclinaison  du Soleil de 12° 58' 35", on trouvera que le vertical du Soleil était éloigné du méridien de 65°25'40", d'où il faut ôter l'angle de 48° 39' 35" ci-dessus observé, et l'on aura la déclinaison de la Tour astronomique de 16°46'5".

On sait que les observations qui sont ainsi faites des deux côtés du méridien se justifient ou se compense l'une l'autre, parce que si la supposition d'une fausse déclinaison du Soleil avait fait trouver l'angle du matin trop grand, elle aurait en revanche fait celui du matin trop petit, ou au contraire; de sorte qu'il n'y aurait eu qu'à partager le différend par la moitié. Nous fîmes en divers temps plusieurs autres observations semblables à celles que nous venons de rapporter, qui donnèrent toutes à peu près la même chose. Nous eussions bien voulu pouvoir vérifier cette détermination par les étoiles fixes, mais il se trouva toujours quelque empêchement jusques à ce que nous fussions dans la Tour astronomique de Copenhague, comme l'on verra dans la suite; et il nous suffisait, pour examiner la ligne méridienne de Tycho, d'être assurés de la vérité à une minute près.

 
Angles de position nouvellement établis à l'égard du méridien d'Uraniborg

Clocher de ND de Copenhague 17°4'30" M. Oc.
Clocher de malmoë, 29°58'30" M. Or.
Milieu entre les deux tours de Lunde 54°8'50" M. Or.
Tour de l'église de Landscrone 64°59'50" M. Or.
Tour de l'église de Helsemborg 0°8'10" S. Oc.
Clocher de Helseneur 19°58'50" S. Oc.

Helsemborg, selon Tycho, devait être Oriental de 0° 17"1/2, et je le trouvais occidental de 0° 8' 10", comme si le point du Nord eut été transporté de 25' 40" vers l'Orient, augmentant par ce moyen certaines déclinaisons, et diminuant les autres, de la manière à peu près que nous les trouvions changées, je dis à peu près, parce que la même différence ne se rencontrait pas à toutes.

Il est vrai qu'au château de Helsenborg il y avait une grosse tour carrée qui était beaucoup plus remarquable que celle de l'Eglise, et à laquelle on pourrait prétendre que Tycho aurait pointé, car l'angle de distance horizontale entre Helseneur et le milieu de cette grosse tour est de 20° 10' 0" duquel si l'on ôte la déclinaison de Helseneur ci-dessus de 19° 59' 50" vers l'Occident, il reflètera 11' 10" de déclinaison Orientale pour la tour du Château de Helsemborg; ce qui reviendrait mieux aux observations de Tycho. Mais outre qu'il a marqué expressément qu'il avait pointé aux églises, si l'on prétendait en excepter Helsemborg, les distance horizontales tant de Helseneur que de Landscrone qu'il faudrait par conséquent aussi prendre à l'égard de la tour du château de Helsenborg, se trouveraient trop éloignées des observations de Tycho, comme il est facile d'en faire la preuve. Mais sans s'arrêter à Helsemborg, puisqu'à l'égard des autres lieux il ne peut y a voir d'équivoque, et que les observations prises en gros donnent une différence d'environs 18' entre la méridienne de Tycho et la nôtre, il pourrait sembler d'abord qu'il serait arrivé quelque changement à la ligne méridienne, et que le point nord aurait été transporté du côté d'Orient. mais il faut considérer que les observations de Tycho ci-dessus rapportées se trouvent avec d'autres qu'il avait faites simplement pour la carte des environs d'Uraniborg, et où l'on reconnaît manifestement par l'examen de plusieurs triangles vicieux, que dans ce travail-là il n'avait pas encore des instruments propres. Joint que l'on sait d'ailleurs que pour trouver la ligne méridienne, il s'est servi ordinairement de l'étoile Polaire [Petite Ourse] prise dans ses plus grandes digressions; ce qui est si sujet à erreur, qu'il est presque impossible de réussi à cause de la grande hauteur de cette étoile, ainsi que nous l'avons reconnu par notre propre expérience; et par conséquent toutes choses étant bien considérées, il n'y a pas lieu de conclure ici pour la variation de la ligne méridienne. Mais nous osons bien répondre à la postérité, que si dans la suite des temps on trouve qu'il faille changer plus d'une minute à ce que nous aurons établi sur ce sujet, principalement dans la Tour de Copenhague, ce sera pour lors que l'on pourra s'assurer de l'instabilité de la ligne méridienne.
.


[Littérature][Textes][Bibliothèque]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.