.
-

Perroneau (Jean-Baptiste), peintre né à Paris en 1715, mort à Amsterdam en 1783. Elève de Natoire et L. Cars, il fut agréé à l'Académie en 1746 et reçu académicien en 1753, sur le Portrait d'Oudry (aujourd'hui au Louvre). Il débuta au Salon de 1746, où il avait envoyé trois portraits au pastel ceux du marquis Daubait, des peintres Drouais et Gilcain, et deux portraits à l'huile : M. Demoyet tenant une poule huppée, Portrait d'un jeune écolier, frère de l'auteur, tenant un livre

D'autres portraits de Perroneau, à l'huile ou au pastel, figurèrent aux Salons qui suivirent : Portraits du fils de M. Le Moyne, sculpteur du roi, de M. Duquer, d'Orléans (1747); de M. et Mme Olivier, de Mlle Amédée de l'Opéra, de Mlle Delepée (1748); de M. de La Tour, peintre du roi, de M. Thiboust, imprimeur du roi (1750); de M. Desfriches (1751); de Mme la princesse de Condé, de milord d'Hunslington, de M. Oudry (aujourd'hui au Louvre) [1753]; de M. Cars (aujourd'hui au Louvre), de M. Cochin (1759); de M. Trudaine de Montigny, de M. Hanquer, échevin d'Amsterdam, de Mme Perroneau faisant des noeuds (1763); etc. 
-

Portrait de Perroneau.
Jean-Baptiste Perroneau.

Le Salon de 1779, où il envoya plusieurs portraits de femmes au pastel, fut le dernier où il figura. Malgré un labeur considérable et un talent véritable, Perroneau mena une vie difficile et fut peu apprécié de ses contemporains. Il ne put jamais obtenir un logement au Louvre. Mais aujourd'hui ses pastels jouissent d'une faveur méritée. Perroneau a exécuté aussi quelques gravures d'après Boucher, Natoire et Carle Van Loo. En dehors des portraits cités, le Louvre possède encore le portrait, au pastel, de Pierre Bouguer de l'Académie des sciences.

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.