.
-

L'organicisme

L'organicisme est une doctrine philosophique qui explique la vie par l'organisation. Il faut et il suffit que la matière s'organise pour qu'elle vive.  Mais on peut comprendre de deux façons différentes les rapports de l'organisation et de la vie.

D'après l'organicisme vitaliste, la vie a pour condition nécessaire les propriétés physico-chimiques de la combinaison d'éléments au sein de laquelle elle apparaît, mais elle est irréductible à ces propriétés. Elle n'est pas une force unique, localisée en quelque centre mystérieux d'où elle rayonnerait à travers l'organisme tout entier; diffuse dans la matière organisée comme la pesanteur dans les molécules des corps, elle est la somme des propriétés des organes. L'expérience montre qu'elle apparaît toutes les fois que la matière s'organise, qu'elle dure aussi longtemps que l'organisation persiste, qu'elle s'évanouit dès que l'organisation cesse; mais loin qu'on puisse la ramener par le raisonnement aux seules propriétés de la matière, elle est plutôt en opposition permanente avec elles. La mort n'est que le triomphe final des propriétés physico-chimiques sur les propriétés vitales. La vie est donc, selon la célèbre définition de Bichat, partisan de cette doctrine « l'ensemble des forces qui résistent à la mort ».

Mais le conflit que cette doctrine suppose entre les propriétés vitales et les propriétés physico-chimiques, qui sont cependant les conditions de leur existence, n'est ni intelligible ni vérifié par l'expérience. Il y a, au contraire, une corrélation, une proportionnalité constante entre les unes et les autres. Dès lors, il est bien difficile de voir autre chose dans la vie que la résultante des propriétés physico-chimiques des organes. Telle est l'hypothèse de l'organicisme mécaniste dont Descartes est le premier auteur.

La vie, d'après Descartes, n'est, comme tous les autres phénomènes de l'univers, qu'un mode particulier du mouvement. Il n'y a rien de plus dans un animal que dans un minéral, sinon l'arrangement de ses parties et les mouvements qui en résultent, comme il n'y a rien de plus dans une horloge que dans les matériaux, cuivre, acier, émail, etc., qui la composent. Circulation du sang, respiration, digestion, etc., autant de phénomènes physiques ou chimiques et par conséquent mécaniques. Or la vie n'est que la série toujours recommencée de ces phénomènes. 

Une des conséquences de cette hypothèse, c'est que la vie pourra être produite à volonté dans les laboratoires, le jour où l'on connaîtra le mode d'organisation de la matière dont elle est l'effet naturel.

Il semble que l'organicisme mécaniste soit l'hypothèse la plus conforme à l'esprit de la science positive et la plus favorable à ses recherches. Claude Bernard s'en est inspiré. Mais, au point de vue métaphysique, elle laisse ouverte la question  de la possibilité de réduire tous les phénomènes du vivant à des phénomènes physico-chimiques. Matérialistes et Spiritualistes apportent des réponses opposées.  (E. Boirac).

.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.