.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les constellations
Mythologie et histoire des constellations
La constellation d'Ophiuchus
Le Sepentaire
La constellation du Serpentaire, nommée par les Grecs Ophiuchus, et par les Latins, Anguitenens (Hyginus), est placée sur le Scorpion, et représente un homme, qui tient de ses deux mains un Serpent, qui lui enveloppe le milieu du corps. 

Le Serpentaire dans la mythologie ancienne

Les anciens astrologues le nommuent Asclépios ou Esculape. C'est cet Asclépios fameux par ses talent en médecine, qui ressuscitait les morts, et qui rendit la au Cocher céleste, lequel se lève à son coucher, et qui est connu dans la mythologie, sous le nom d'Hippolyte, fils de Thésée (Eratosthène, Hyginus). Zeus, irrité, l'avait frappé de sa foudre, lui et sa maison; mais touché ensuite par les prières d'Apollon, il lui rendit la vie, et le plaça aux cieux (Germanicus, Eratosthène).

D'autres auteurs disent, qu'il avait rendu à la vie Glaucus, fils de Minos (Hyginus); que Zeus, pour l'en punir, brûla sa maison des feux de sa foudre; et qu'en considération de ses talents, et d'Apollon son père, il le plaça au cieux tenant en ses mains un serpent. Voici la raison de cet attribut. On dit, qu'étant chargé de ramener à la vie Glaucus, Asclépios s'était retiré dans un lieu secret, tenant en sa main une baguette. Tandis qu'il rêvait aux moyens de ressusciter Glaucus, un serpent vint se glisser près de lui et de sa baguette. Asclépios troublé, le frappa, et le tua de plusieurs coups de cette même baguette.

Il en vint bientôt un autre, tenant à gueule une herbe, qu'il lui laissa, et il s'en alla. C'est de cette herbe qu'Asclépios  fit usage, pour ressusciter Glaucus. De là est venu, que le serpent a été mis sous la protection d'Asclépios, et placé aux cieux.

D'autres auteurs y ont vu Héraclès / Hercule (Hyginus, Théon) tenant le serpent, qu'il avait tué près du fleuve Sangaris, en Lydie. Ce serpent ravageait le pays, désolait les moissons, et avait fait périr beaucoup d'hommes. Omphale, Reine de Lydie, récompensa par de riches présents ce service, que lui avait rendu Héraclès, et Zeus / Jupiter, par admiration pour le courage de ce héros, le plaça aux cieux , avec le serpent , qu'il avait tué.

Certaines traditions y placent Triopas, Roi de Thessalie, qui, pour couvrir et orner son palais, démolit un ancien temple de Déméter / Cérès. La déesse, pour le punir, le condamna à une faim que rien ne pouvait rassassier (Hyginus). Théon en fera le fameux, Tantale, dont la soif ne peut être étanchée. Vers la fin de sa vie, Triopas fut exposé à un serpent, qui le tourmenta beaucoup, et qui enfin lui donna la mort. Déméter consentit depuis, qu'il fût mis aux cieux. D'autres auteurs prétendent, que c'est Carnobuta, roi des Gètes, que cette déesse avait placé dans la constellation du Serpentaire (Hyginus).

On dit, que ce prince était monté sur le trône, au même temps où Déméter fit la découverte du blé, qu'elle communiqua aux mortels. En effet Déméter, lorsqu'elle fit part aux humains de ses présents, plaça sur un char, attelé de Dragons, Triptolème, qu'elle avait nourri. La déesse lui avait ordonné de parcourir l'univers, et d'y distribuer lessemences des moissons, afin de retirer les humains de leur vie agreste et sauvage. Triptolème arriva chez Carnobuta, roi des Gètes, qui d'abord le reçut avec amitié; peu après il fut traité, non comme un étranger à qui on donne l'hospitalité, ni comme un bienfaiteur, mais comme un ennemi cruel; et celui qui voulait prolonger par ses bienfaits la vie des autres humains, courut le danger de perdre la sienne. Carnobuta fit tuer un des Dragons, qui attelaient son char, afin qu'il ne pût pas fuir, lorsqu'il s'appercevrait qu'on en voulait à ses jours. Déméter, qui vit le danger, se transporta en ces lieux, et remplaça le premier dragon par un autre; en même temps qu'elle punit ce roi de sa perfidie. Pour perpétuer dans la suite des siècles le souvenir de cet événement, elle plaça au ciel Carnobuta, tenant en ses mains un serpent, qu'il a l'air de vouloir tuer.

Les Rhodiens, adorateurs du Soleil, voyaient dans le Serpentaire, Phorbas,
qui leur avait été autrefois d'un grand secours, en tuant les serpents, qui infestaient leur île, appelée d'abord Ophiusa, ou l'île des Serpents. Ces reptiles s'y étaient multipliés à l'infini, et avaient fait de grands ravages. On parlait surtout d'un dragon, tel que celui qui est fameux dans l'histoire romanesque des Chevaliers de Malte établis à Rhodes, lequel avait fait périr beaucoup de monde, et forcé les Rhodiens à se bannir de leur patrie. Phorbas, fils de Triopas, vint par hasard aborder dans ces lieux. Il délivra l'île de tous les animaux féroces qui l'infestaient, et tua le redoutable dragon. Comme il était chéri d'Apollon ou du Soleil, adoré des Rhodiens, ce dieu le plaça aux cieux, où il est représenté tuant le Serpent, et son image y perpétue le souvenir de sa victoire. Ce serpent est le fameux Python, dont Apollon lui-même triompha. Toutes les fois que les Rhodiens s'embarquaient, et entreprenaient quelque voyage éloigné, ils sacrifiaient à l'heureuse arrivée de Phorbas, et faisaient des voeux pour obtenir des succès aussi glorieux que les siens, lesquels lui avaient mérite une place aux cieux. Diodore de Sicile raconte la même histoire qu'Hyginus, avec cette différence, que c'est d'après un ordre exprès de l'oracle de Délos, que les Rhodiens avaient été chercher Phorbas, né en Thessalie du sang des Lapithes, et, l'avaient invité a s'établir dans leur île, et à partager avec eux leur territoire; que Phorbas s'y était rendu; qu'il avait purgé l'île de Serpents, et que les bienfaits, dont il avait comblé les humains durant sa vie, lui avaient mérité après sa mort les honneurs, que l''on décerne aux héros.

On a vu des rapports entre cette constellation et les mythes de Jason (dont elle porta aussi le nom) et de Cadmus. Quant à sa relation avec celui de Tantale, on remarquera que toutes les fois que le Serpentaire monte à l'orient, le fleuve d'Orion (l'Eridan), qu'il apperçoit au couchant, se cache , et que quand il se couche lui-même, le même fleuve reparait à l'orient, de sorte que ce fleuve et lui semblent éternellement se chercher et se fuir. Voilà comment pourrait s'articuler  sur le mouvement des astres le suplice de Tantale. Ce prince régnait en Lydie (Strabon), pays fameux par le culte d'Atys, ou de l'Esmun phénicien, dont le culte a été pu être rapporté à celui du Serpentaire.

Les noms d'Ophiuchus et de ses étoiles

Théon, outre le nom d'Héraclès, donne au Serpentaire ceux de Prométhée, de Tantale, de Tybris, de Thésée, d'Ixion. Il y voit Héraclès ramassant les pierres, que ce héros lance contre les Liguriens. Dupuis croit que c'est une erreur  et qu'il a transporté à l'Héraclès Opphiuchus, ce qui appartient à l'Hercule Ingeniculus, Prométhée, Thésée, etc.

Les Grecs appellent le Serpentaire en général, Ophiuchus (Riccioli). Ils lui donnent l'épithète d'Aigléis (Aratus, Hipparque, Théon) et de Mogeros , Aglaopès, Aiglaer et Aiglêtos.

Les Latins le nomment Anguifer, Anguitenens, Serpentis lator, Effaeminatus, Ophiulchus, Ophiultus, Serpentis praeses, Caesius, Glaucus. On l'appelle aussi Cadmus, Jason, Aesacus, Laocoon, Aristaeus.

La Sphère des astronomes arabes y peint une cigogne, ou une grue, placée sur un serpent. Ce pourrait être l'Ibis des Egyptiens, combattant ce serpent. La grue est un animal, qui fuit les froids d'automne et d'hiver, dit Elien; elle retourne en Thrace au printemps.

Les astronomes arabes nomment le Serpentaire Alhauwa, Al-hâwi, et par corruption on fit Al-hangue (Tables alphonsines, Scaliger, Riccioli), et Al-hague, à moins que ce ne soit l'article arabe al- uni au mot anguis, en Latin, lequel signifie serpent. On en fit aussi Azalange; les Turcs disent Ylange, et Al-Yilange; d'autres, Alange, ceux-ci, Al-haure.

La brillante de la tête du Serpentaire s'appelle chez les Arabes Al-Raï, le berger; Râs al-hauwa, la tête du Serpentaire; la précédente de l'épaule droite, Chelb-al-ra, le chien du berger. On appelle aussi la brillante de la tête, Râsalhague (Ulugh-Beg), Râsalangue (Riccioli, Bayer).

La plus boréale de la main se nomme Yed (Tables Alphonsines).

L'année d'Ophiuchus et ses présages

Columelle marque, au onze des calendes de juillet, le coucher du matin d'Ophiuchus, avec annonce de tempête. Ovide le fixe au même jour, et raconte, à cette occasion, la résurrection d'Hippolyte par Esculape.

On trouve dans Théon la description du Serpentaire, et sa position, relativement aux cercles de la sphère céleste et aux étoiles fixes, avec lesquelles il se lève ou se couche. Le Serpentaire appuie son pied droit sur le dos du Scorpion, et le gauche sur l'oeil de cet animal. Théon prétend qu'il n'en a qu'un visible, et que l'autre est caché; ce qui s'accorde avec la fiction sur Jason, laquelle suppose, qu'il avait un pied chaussé et l'autre nu. 

Cette constellation se couche, dit-il, au lever du Cancer, et cela depuis les genoux jusqu'aux épaules, avec son Serpent caché jusqu'au cou. Au lever du Scorpion, se lève sa tête, et ses mains paraissent avec une partie du Serpent. Au lever du Sagittaire, tout son corps est levé, avec les replis de la queue du Serpent. Hyginus le fait coucher avec le lever des Gémeaux, du Cancer, et du Lion; et lever avec le Scorpion et le Sagittaire. (Ch. Dupuis).

.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.