.
-

Olonnais (Jean-David Nau, surnommé l'), chef de flibustiers, né aux Sables-d'Olonne en 1630; mort aux îles Barow, dans le golfe de Darien, en 1671; Il partit en 1659 de La Rochelle avec un propriétaire des Antilles au service duquel il resta trois ans; puis il passa à Saint-Domingue et devint l'un des plus habiles boucaniers de l'île; les Espagnols résolurent soudain de chasser les chasseurs étrangers de l'île entière, et l'Olonnais n'échappa que difficilement au massacre de ses camarades; il s enfuit dans l'île de la Tortue qui appartenait aux Français et jura une haine mortelle aux Espagnols. 

Ayant armé un petit bâtiment, il fit plusieurs prises; le gouverneur français de l'île de la Tortue lui fournit un autre navire pour faire la course contre les Espagnols, après le naufrage du premier; le flibustier, après des exploits extraordinaires, faillit être massacré sur la côte de Campêche (Mexique), où il s'était perdu; il arma de nouveau deux canots et fit de nouvelles prises. Il se décida alors à s'organiser plus fortement; associé avec Michel le Basque, il réunit 440 hommes et forma une flottille de huit petits bâtiments. Avec ces forces nouvelles, il fit des prises considérables et s'empara successivement des villes de Maracaïbo (1666) et San Antonio de Gibraltar qu'il pilla, puis Puerto-Caballo et San Pedro, torturant les prisonniers et menaçant les Espagnols.

II se proposait de marcher sur Guatemala, mais les flibustiers reculèrent et la moitié abandonna leur chef dont le vaisseau fut brisé par la tempête, près de l'île de Las Perlas. L'Olonnais gagna la presqu'île de Yucatan et s'y maintint quelques mois, vivant de chasse et de pêche; mais, pressé par la faim et manquant d'armes, il passa aux îles Baron, où il fut fait prisonnier par les Indiens qui le hachèrent en morceaux, le rôtirent, et le mangèrent. (Ph. B.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.