.
-

Molitor (Franz Joseph), philosophe né à Oberursel dans le Taunus, le 8 juin 1779, mort à Francfort le 23 mars 1860. Il commença ses études à Bingen et à Aschaffenbourg et les compléta aux universités de Mayence et de Marbourg. Il suivit de près le mouvement philosophique de son temps, s'enthousiasma pour la doctrine de l'identité de Schelling et écrivit sous cette influence Ideen zu einer künstliehen Dynamik der Geschichte (Francfort, 1805, in-8). Mais, à ce moment même, la philosophie de Schelling subissait une profonde modification. Franz Molitor ne suivit pas son premier maître et inclina dès lors vers la théosophie mystique de Baader

Vivant du produit de quelques leçons privées, il se mit à apprendre l'hébreu et se lança dans l'étude de la kabbale et du talmud. Déjà il avait écrit sous l'influence de Baader, Ueber den Wendepunkt des Antiken u. Vodernen (Francfort, 1805, in-8). Après de longues années d'étude et de recueillement, il publia le premier volume de son principal ouvrage, Philosophie der Geschichte oder über die Tradition (Francfort, 1824, in-8), dont le quatrième volume ne parut qu'en 1853 en même temps qu'une seconde édition complètement remaniée du premier. 

Cet ouvrage, inachevé d'ailleurs,  a pour objet de montrer que sans la kabbale juive l'oeuvre de l'Église chrétienne est incomplète. Seuls les Juifs sont restés en possession de la vraie tradition, et le christianisme n'est qu'un judaïsme obscurci par un faux mysticisme; il lui faut pour arriver de pureté parfaite puiser dans la kabbale une mystique supérieure. (Th. Ruyssen).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.