.
-

Mengs

Anton Raphael Mengs est un peintre allemand, né à Aussig (Bohême) le 12 mars 1728, mort à Rome le 29 juin 1779. Fils d'un peintre danois, Ismael Mengs, il reçut de son père ses premières leçons de peinture, et fit, encore enfant, un premier voyage à Rome. Il y retourna en 1747 et y vécut deux ans, étudiant les antiques et les maîtres du XVIe siècle, formant son dessin sur celui de Raphaël, et son coloris sur celui de Titien. . A son retour en Allemagne, il fut fort bien accueilli à la cour, reçut la commande de nombreux portraits au pastel (portrait du Prince Frédéric-Auguste, enfant, au musée de Dresde) et de trois tableaux religieux, l'Ascension, la Conception de la Vierge, et le Songe de saint Joseph, pour l'église de la cour à Dresde. 
-
Mengs : la Flagellation du Christ.
La Flagellation du Christ, par Raphael Mengs (ca. 1780).

Après avoir séjourné trois ans à Dresde, il quitta l'Allemagne, ayant obtenu d'Auguste III une pension pour son séjour à Rome où il épousa une jeune et belle paysanne, qui lui avait servi de modèle pour une de ses compositions, et se convertit à la foi catholique. Réduit à ses propres ressources, le paiement de sa pension ayant été interrompu, Mengs fit des copies des fresques et tableaux célèbres, l'Aurore du guide, les Noces de Psyché, l'Ecole d'Athènes. Il devint bientôt célèbre, fut nommé membre de l'Académie de Saint-Luc, reçut en 1787 la commande du Plafond de Sraint-Eusèbe, et peignit sa fresque du Parnasse, à la villa Albani, qui fut gravée par Raphaël Morghen. Lié avec Winckelmann, Mengs voulut ramener la peinture à un style plus noble et à la belle simplicité antique.

Sa peinture froide et riche, toutes les qualités d'exécution et de couleur sacrifiées à un dessin lourd et ennuyeux, n'empêchèrent pas ses contemporains de se passionner pour son talent. Charles III, roi d'Espagne, l'appela à Madrid, le nomma membre de l'Académie de S. Fernando, lui commanda la peinture d'une voûte au palais d'Aranjuez, de plusieurs plafonds à Madrid, de fresques à l'Escurial, à Saint-Ildefonse, et de nombreux tableaux religieux (l'Adoration des bergers, au musée de Madrid, etc.). Ses peintures à fresque sont regardées comme ses chefs-d'oeuvre. 

Après un retour à Rome, où il séjourna trois ans, travaillant pour Clément XIV, à la Camera de' Papini, Mengs revint à Madrid. Malade, il quitta l'Espagne en 1777 pour aller mourir à Rome.  Il a laissé sur la peinture des traités pleins de goût, doas la composition desquels il fut aidé par Winckelmann.  Ses écrits furent réunis après sa mort sous le titre d'Opere diverse, et publiés par son ami J. N. de Azara, Parme, 1780, 2 vol. in-4°. Ils ont aussi été traduits en français par Jansen, 2 vol. in-4°. 1786. (Bing).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

©Serge Jodra, 2009 - 2012. - Reproduction interdite.