.
-


Mayer

Mayer, Christian (1719-1783) - Né à Mesritz (Mahren), père jésuite, fut astronome à Mannheim. 
II y a des étoiles qui se décomposent ou deux étoiles quand on les regarde avec le télescope. Cette apparence peut résulter de ce que deux étoiles, quoique situées à des distances très différentes de nous, se projettent à peu près au même point de la voûte céleste. Christian Mayer, après avoir signalé des étoiles doubles en 1776, avait annoncé aussitôt que certaines étoiles ont un satellite; on se moqua de son hypothèse, jusqu'à ce qu'Herschel publie son catalogue d'étoiles doubles en 1782. (Lebon, 1899).
Mayer (Johann-Tobias), astronome, né en 1723 à Marbach (Wurtemberg), m. en 1762, professa les mathématiques à l'université de Gœttingen depuis 1750 et fut chargé de la direction de l'observatoire de cette ville en 1751. Il imagina des instruments utiles, réforma plusieurs erreurs dans la géométrie pratique, calcula les mouvements de la Lune avec une admirable précision [1], et mérita, par ses Tables de la Lune le grand prix décerné par le Bureau des longitudes de Londres (1755). 
[1] Il a vérifié en 1748 les lois du mouvement de la Lune établies par D. Cassini, et il a donné en 1750, pour l'étude de la libration de la Lune, une méthode qui sera encore suivie à la fin du 19e siècle.
Il perfectionna aussi la méthode de mesurer les triangles pour les opérations géodésiques et eut le premier l'idée de répéter les angles pour atténuer les erreurs de mesure. On doit à ce savant un catalogue de 998 étoiles zodiacales, dont plusieurs ont été observés jusqu'à 26 fois. Ses principaux ouvrages, outre ses Tables, sont : Traité des courbes pour la construction des problèmes de géométrie, en allemand, Augsbourg, 1733; Atlas mathématique, 1745.
Mayer, Julius Robert (1814-1878) - Né à Heilbronn (Wurtemberg), était médecin à Heilbronn. Ses opinions sur la chaleur solaire sont dans Beiträge zur Dynamik des Himmels [1] (1848). Ajoutons qu'il a créé la thermodynamique (1848). 
[1] Robert Mayer y expose que la chaleur du Soleil est alimentée par des aérolithes qui tombent sur cet astre avec une grande vitesse et dont la force vive se convertit en chaleur et en lumière. Cette idée avait, d'ailleurs, été émise par Kant en 1754, et était passée inaperçue. (Lebon, 1899).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.