.
-

Macrin, empereur romain, né en 164, mort en 218, Sorti d'une famille obscure, de Césarée (Maurétanie),  il avait passé par tous les degrés de la carrière des procurateurs; grâce à ses connaissances juridiques et à la protection de Plautien, il était devenu préfet du prétoire sous Caracalla, avec Adventus comme collègue; pendant la guerre contre les Parthes, dénoncé à l'empereur par un devin, à l'instigation du préfet de la Ville, Flavius Maternianus, comme devant monter sur le trône, il n'évita la mort qu'en faisant assassiner Caracalla par des soldats, aux environs de Carrhes (8 avril 217). 

Proclamé empereur par les soldats et confirmé par le Sénat, quoiqu'il ne fût encore que chevalier, Macrin prit le titre de M. Opelius Severus Macrinus Pius Félix, pour se rattacher fictivement à la famille de Septime Sévère; il fut reconnu pourtant, même en Afrique;  son fils M. Opelius Antoninus Diadumenianus fut nommé césar et princeps juventulis, quoiqu'il n'eût que huit ans. Macrin continua d'abord la guerre contre les Parthes d'après Dion Cassius, il aurait, après deux défaites, signé un traité honteux avec Artaban, lui rendant ses prisonniers et lui payant 200 millions de sesterces comme indemnité de guerre; mais en réalité il n'avait peut-être pas été battu; les monnaies de 218 autant la légende Victoria Parthica, et Hérodien ne parle que de la restitution des prisonniers et du butin.

Macrin, mauvais soldat, désirait avant tout la paix; en Arménie il reconnut Tiridate, le fils du roi qu'avait déposé Caracalla; sur le Danube il rendit leurs otages aux Daces; cependant de nombreuses bornes miliaires prouvent le soin qu'il prit des routes dans cette région ainsi qu'en Afrique. Mais il ne réussissait pas à affermir son pouvoir; sa politique pacifique mécontentait l'armée; en Italie il ne sut pas conserver les sympathies que lui avaient values ses premières mesures : amnistie à toutes les personnes condamnées pour lèse-majesté, abolition de la plupart des mesures, surtout financières, de Caracalla, réduction de la compétence des juridici italiens; il eut le tort de ne pas paraître à Rome, de mécontenter le Sénat en lui refusant condamnation de tous les délateurs, en nommant comme préfet de la ville un personnage non sénateur.

La mère de Caracalla, Julia Domna, s'était tuée; mais sa soeur, Julia Maesa, reléguée à Emèse avec ses filles Julia Soaemias et Julia Mamaea et leurs enfants, fit donner à son petit-fils Bassianus (Héliogabale) la dignité de grand prêtre du Soleil, qu'avait possédée sa famille, lui gagna les sympathies de l'armée en le faisant passer pour un fils de Caracalla; finalement il fut proclamé empereur le 16 mai 218. La cavalerie maure, envoyée contre lui, fit défection en sa faveur; Macrin, qui était alors à Apamée, essaya de prévenir d'autres défections en faisant proclamer son fils Auguste, en donnant 20 000 sesterces à chaque soldat. Trahi néanmoins de toutes parts, il recula jusqu'à Antioche, y perdit une bataille, demanda du secours aux Parthes, essaya de gagner l'Europe par l'Asie Mineure, mais il fut tué avec ses fils à Archélois de Cappadoce (8 juin 218). (Ch. Lécrivain).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.