.
-

La Lune en chiffres
Propriétés physiques
- La Lune La Terre Rapport
(Lune/Terre)
Masse (1024 kg)
0,07349
5,97342
0,0123
Rayon moyen (km)
1737,4
6371,0
0,2727
Rayon équatorial (km)
1737,4
6378,14
0.2724
Rayon polaire (km)
1737,4
6356,8
0,2733
Aplatissement
0,000
0,00335
0,000
Volume (1010 km3)
2,1968
108,321
0,0203
Densité moyenne (kg/m3)
3340
5515
0,605
Pesanteur à la surface (m/s2)
1,62
9,798
0,166
Vitesse de libération (km/s)
2,38
11,2
0,213
Période de rotation sidérale (h)
655,728
23,9345
----
Longueur des jours (h)
24,0000
Moment d'inertie (kg.m2/s)
7,1.1033
Inclinaison de l'équateur (°)
6,68
23,45
---
Irradiance solaire (W/m2)
1367,6
1367,6
1
Albédo
0,11
0,306
0,360
Champ magnétique (10-8 tesla)
4000
Pression atmosphérique (bar)
1,013
Caractéristiques orbitales (autour de la Terre)
- Lune
Distance moyenne à la Terre (106 km)*
0,384467
Distance à l'apogée (106 km)
0,4055
Distance au périgée (106 km)
0,3633
Diamètre apparent (")*
1864,2
Magnitude visuelle apparente*
-12,74
Période de révolution(j)
27,3217
Période de révolution synodique (j)
29,53
Vitesse orbitale moyenne (km/s)
1,023
Vitesse orbitale maximale (km/s)
1,076
Vitesse orbitale minimale (km/s)
0,964
Excentricité de l'orbite
0,0549
Inclinaison de l'orbite (°)
5,145
Taux de récession (cm/an)
3,8
* Valeur moyenne à l'opposition (pleine lune).
L'atmosphère lunaire
Caractéristiques
Abondance à la surface (particules par cm3)
2.105
Pression de nuit à la surface (bars)
3.10-15
Masse totale de l'atmosphère (kg)
25 000
Température moyenne (K)
274,5
Amplitude diurne (K)
100 à 400
Principaux constituants (particules par cm3)*
Hélium 4 (4He)
40 000
Néon 20 (20Ne)
40 000
Hydrogène (H2) 35 000
Argon 40 (40Ar)
30 000
Néon 22 (22Ne)
5000
Argon 36 (36Ar)
2000
Méthane 1000
Ammoniac
1000
Dioxyde de carbone (CO2)
1000
Traces
Présence possible
Oxygène (O+
Aluminium (Al+
Silicium (Si+
Sodium (Na+
Potassium (K)
Phosphore (P+)

Magnésium (Mg+)

Ces chiffres sont des estimations tirées des mesures effectuées lors des expéditions Apollo. Elles correspondent des valeurs maximales nocturnes.

Depuis 1988, il a été également possible de détecter depuis la Terre une très ténue atmosphère de sodium et de potassium. Ces deux éléments sont loin d'être les plus abondants, mais ils sont les plus faciles à repérer. Ils ont révélé une atmosphère d'étendue variable (cela peut dépendre notamment de l'activité solaire et de la distance Terre-Lune).

Une augmentation de la quantité de sodium, et de sa température, a été observée plusieurs fois à l'occasion de l'essaim des léonides (Les Étoiles filantes). Peut-être les impacts de météoroïdes contribuent-ils à alimenter cette atmosphère. Des études ont également été faites sur les effets d'une autre essaim, les quadrantides, mais sans qu'aucune variation ne soit constatée. Il est envisageable que la cause en soit la nature de météoroïdes concernées (plus petits et plus anciens que ceux des Léonides).

.


[Constellations][Système solaire][Dictionnaire cosmographique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.