.
-

Lucien Bonaparte

Bonaparte (Lucien), prince de Canino, né en 1775 à Ajaccio, mort en 1840, vint en 1793 habiter la Provence avec sa famille, exilée de Corse, et remplit d'abord des fonctions subalternes dans l'intendance militaire. Nommé en 1791 membre du conseil des Cinq-Cents, il se fit remarquer par son éloquence, et devint président de l'assemblée. Il prépara avec son frère le renversement du Directoire, et assura le succès du 18 brumaire. Napoléon, devenu premier consul, l'appela au ministère de l'intérieur (1799); mais, d'un caractère trop entier, Lucien ne tarda pas à tomber en disgrâce. Il fut néanmoins envoyé comme ambassadeur en Espagne : il y fit prévaloir l'influence Française contre le parti anglais, et regagna par là les bonnes grâces du premier consul; mais, s'étant marié contre la volonté de son frère (il avait épousé Mme Jouberthon, veuve d'un agent de change), il fut de nouveau disgracié (1804). 

Lucien Bonaparte se retira à Rome auprès du pape Pie VII, dont il s'était concilié l'amitié dès 1801 en soutenant le Concordat; puis se fixa près de Viterbe, dans la terre de Canino, que le pape érigea pour, lui en principauté; plus tard (1810), voulant éviter tout contact avec Napoléon, il s'embarqua pour les États-Unis, mais il fut pris en mer par les Anglais, qui le détinrent jusqu'en 1814. Pendant les Cent-Jours, il revint en France pour solliciter l'évacuation des États du Pape, que Murat avait envahis, et fut retenu par son frère. Il fut un des premiers à proposer l'abdication de l'Empereur en faveur du roi de Rome. Après le départ de Napoléon pour Sainte-Hélène, il retourna en Italie, où il vécut en simple particulier. Il cultivait les lettres et composa deux poèmes épiques : Charlemagne et la Cyrnéïde ou la Corse sauvée. Il avait été admis à l'institut dès 1803. Il fut un des, premiers protecteurs de Béranger.

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.