.
-


Franz Liszt

Franz Liszt est un célèbre pianiste et compositeur hongrois, né à Raiding, près de Pest (Budapest), le 22 octobre 1811, mort à Bayreuth le 31 juillet 1886. Son père, Adam Liszt, était un employé du prince Esterhazy, doué d'un certain talent musical et lié avec Haydn. Il dirigea les premières études de son fils, mis au piano dès sa sixième année. L'enfant eut, à l'âge de neuf ans, un vif succès à un concert public à Oedenburg. 

Les comtes Amadé et Szapary lui firent une pension pour son éducation musicale. Il fut à Vienne l'élève de Czérny et du compositeur Salieri. Au bout de dix-huit mois, il se produisit de la manière la plus brillante, vint à Paris (1828) donner des concerts à l'Opéra, mais sans pouvoir entrer au Conservatoire d'où Cherubini l'écarta comme étranger. 

La société parisienne n'en fut pas moins séduite par le petit prodige auquel son père imposait un sévère travail. Le 17 octobre 1825, il fit représenter un opéra, Don Sanche. II faisait des tournées triomphales à Londres et dans les villes françaises. Il perdit son père à Boulogne (1827) et, devenu libre, il eut une crise de mysticisme et de dévotion, au terme de laquelle il redevint mondain. 

Il s'efforçait de varier son jeu, improvisant des fantaisies sur les plus célèbres ouvrages, tendance d'ailleurs déplorable dont il se dégagea ensuite. Après la révolution de Juillet, il composa une Symphonie révolutionnaire. En 1831, il entendit Paganini qui produisit sur lui une puissante impression et influença son développement ultérieur. 

En 1833-1835, il vécut à Genève dans la retraite, puis revint à Paris où il fut en rivalité avec, Thalberg. Il vécut en Italie, à Milan, Venise et Rome de 1837 à 1839, revint à Vienne et parcourut toutes les grandes villes de l'Europe centrale; en 1842-1843, il fit un voyage en Russie où on l'accueillit avec enthousiasme, parcourut l'Allemagne, l'Espagne (1844), etc. 

En 1848, il renonça à ses voyages et se fixa à Weimar où il dirigea la chapelle grand-ducale. Il fut entouré d'élèves auxquels il inculqua l'admiration de Wagner et de Berlioz; il fit représenter Lohengrin, Tannhäuser et créa un parti wagnérien. En 1859, il quitta ses fonctions et se rendit à Rome (1859); il y embrassa l'état ecclésiastique (1865) et se fit appeler l'abbé Liszt; mais il se brouilla avec le pape lors du concile du Vatican et retourna en Hongrie où il organisa à Pest l'Académie hongroise de musique (1875).

Liszt a été le virtuose le plus extraordinaire de son époque; pour le mécanisme, nul ne l'a égalé, sauf peut-être Paganini. Son habileté de déchiffrement, pour jouer à première vue, sa mémoire étaient prodigieuses. Comme compositeur, il a laissé plus de 650 oeuvres. Il faut distinguer celles qu'il composa dans sa période de virtuosité et celles qui sont postérieures à 1848. Les premières sont des fantaisies sur le piano, pauvres d'invention et de goût douteux. Les autres attestent un effort pour orienter la musique dans de nouvelles directions et s'inspirent de Wagner et de Berlioz. 

Ses compositions pour l'orchestre, qu'il dénomma Poèmes symphoniques, sont remarquables, quoique trop laborieuses et surchargées : Ce qu'on entend sur la montagne, le Tasse, les Préludes, Orphée, Prométhée, Mazeppa, Festklönge, Héroïde funèbre, Hungaria, la Divine Comédie, l'idéal. Il faut aussi citer de remarquables compositions vocales de musique religieuse, des oratorios (Sainte Elisabeth, le Christ, etc.), une grande messe, etc. 

Ses autres oeuvres sont des études, quinze rhapsodies hongroises, des paraphrases de concert, des partitions de piano, des transcriptions instrumentales ou pour le piano, etc. Comme écrivain, Liszt a publié de nombreux articles de journaux (français) et De la Fondation Goethe à Weimar (Leipzig, 1851); Lohengrin et Tannhäuser de R. Wagner (1851); F. Chopin (Paris, 1852); Des Bohémiens et de leur musique en Hongrie (Paris, 1859); une biographie de Robert Franz (Leipzig, 1872). 

Liszt avait eu deux filles dont l'une fut la première épouse d'Émile Ollivier, et l'autre celle de Wagner. (GE).


.








Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z






[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]


© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.