.
-

La découverte du monde > Le ciel > Les constellations
Mythologie et histoire des constellations
La constellation du Lièvre
Le Lièvre(Lepus) des constellations semble fuir devant le Chien d'Orion (Hyginus, Théon). Il est placé sous Procyon (Le Petit Chien), et aux pieds d'Orion (Germanicus,Théon). Ce dernier ayant été peint sous les traits d'un chasseur, le Lièvre dut naturellement être son cortège (Hyginus). Quelques-uns ont dit que le Lièvre avait été placé aux cieux par Hermès, à cause de sa légèreté à la course (Eratosthène). Il en est d'autres qui pensent, qu'un chasseur redoutable, tel qu'Orion, ne devait pas s'amuser à chasser simplement un Lièvre. Aussi, peignent-ils Orion combattant contre le Taureau, dont il porte les dépouilles. 

Le Lièvre, représenté sur les cartes fuyant donc devant le pied gauche d'Orion, court sur le tropique d'hiver. Il se lève avec le Lion, et se couche au lever du Sagittaire

Columelle fixe, au dix des calendes de décembre, le coucher du matin du Lièvre, accompagné de tempête.

La constellation et sa légende.
On dit qu'il n'y avait pas de Lièvres dans l'île de Leros , lorsqu'un jeune homme s'avisa d'y en apporter une femelle prête a mettre bas. Il la soigna elle et ses petits avec beaucoup d'attention. En peu de temps, l'espèce se multiplia prodigieusement, chacun s'étant empressé d'en élever. La quantité en fut si prodigieuse, qu'il fut impossible de les nourrir et qu'ils finirent par se jeter avec tant d'avidité sur tous les grains, que la famine s'abattit sur l'île. Ce ne fut qu'avec bien des peines, que les habitants vinrent a bout de s'en débarrasser.

On plaça depuis l'image du Lièvre au ciel, pour rappeler aux humains, que les choses qu'on a le plus désiré, nous causent souvent plus de maux, qu'elle ne nous avaient fait de plaisir. D'autres supposent, qu'il y fut placé, parce qu'il est celui des quadrupèdes, qui pullule le plus : que lorsqu'il met bas ses petits, il en a déjà d'autres, qui se forment dans le ventre (Germanicus, Eratosthène). Ainsi ce fût, suivant les uns, sa légèreté, suivant d'autres, sa fécondité, qui le fit placer près des limites de l'équinoxe de printemps (Théon).

Les noms du Lièvre.
Les Grecs anciens nomment cette constellation Lagoos (Nonnus, Aratus). Aratus lui donne les épithètes de Charopos et de Glaucos. Les Latins l'appellent Dasypus (Germanicus), Levipes, Hirtipes, pedibus celer. Il porte aussi les noms de Derceunès, dans Nicandre; de Tachynès.

 les Hébreux, le nomment Arneb, Elarnebet, Alarnebo. Les Arabes le  Elarneb; ils le nomment aussi Cursa al Gjauza al Muacchera, Arsh al-Gjauza, ou le trône d'Orion, Ulugh-Beg  fait de même. Les Turcs l'appellent Thaushkan et Thaushan.  (Ch. Dupuis).

.


[Histoire culturelle][Biographies][Constellations]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.