.
-

Lepsius

Lepsius (Karl Peter), archéologue né à Naumbourg le 25 juin 1775, mort à Naumbourg le 23 avril 1853. Après avoir fait ses premières études dans sa ville natale, il alla étudier le droit à Iéna; il y entendit Fichte et surtout Reinhold qui exerça sur son esprit une grande influence. Il termina ses études universitaires à Leipzig, d'où il revint dans sa ville natale. I entra comme assesseur dans le collège des magistrats et devint juge en 1810. Après l'incorporation de Naumbourg à la Prusse, il fut successivement directeur de l'inquisitoriat (1815), conseiller provincial du cercle de Naumbourg (1817). Il se retira des fonctions publiques en 1841. Ses concitoyens le nommèrent bourgmestre. Il occupait ses loisirs à l'étude de l'archéologie et des histoires locales. On lui doit, entre autres ouvrages, une histoire des évêques de Naumbourg qui s'arrête à l'année 1304 : Geschichte der Bischaefe des Hochstifls Naumburg vor der Reformation (Naumbourg, 1846, in-8). Son gendre, A. Schulz, a réuni quelquesunes de ses dissertations archéologiques et historiques sous le nom de Kleine Schriften, Beitraege zur thüringischsoechsische Geschichte und deutschen Kunst und Alterthumskunde (Magdebourg, 1854, 3 vol. in-8). (M. P.).
Lepsius (Karl Richard), célèbre égyptologue né à Naumbourg le 23 décembre 1818, mort le 10 juillet 1884, fils du précédent. Il commença ses études en Allemagne, les continua à Paris où il se fit remarquer par ses memoires sur la Paléographie considérée comme moyen d'études linguistiques (1834) et De l'Origine et de la parenté des mots qui servent à désigner les nombres dans les langues indo-germaniques, sémitiques et copte et Sur les Alphabets sémitiques, indiens, grec ancien, égyptien et éthiopien (1835)

Karl Lepsius passa en Italie et écrivit à Rome une Lettre à M. Rossellini sur l'alphabet hiéroglyphique (1837) où il développait la théorie scientifique des hiéroglyphes; puis il donna de bonnes éditions de textes égyptiens, publia Auswahl der wichtigsten Urkunden des aegyptischen Alterthums (Leipzig, 1842, 23 pl.); Todtenbuch der Aegypter nach dem hieroglyphischen Papyrus in Turin (Leipzig, 1842, 79 pl. (Livre des Morts); il a plus tard complété cette publication capitale pour la connaissance de la religion égyptienne par divers mémoires, notamment : Aelteste Texte des Todtenbuchs nach Sarkophagen des altaegyptischen Reichs im Berliner Museum (Berlin, 1867).

En même temps, il s'occupait de l'Italie antique, éditait avec commentaire : Inscriptiones Umbricae et Oscae (Leipzig, 1841), publiait deux dissertations : Ueber die tyrrhenischen Pelasger in Etrurien et Ueber die Verbreitung des italienischen Münzsystems von Etrurien aus (1842).

Il dressa avec Bunsen le plan d'un vaste ouvrage d'ensemble sur l'ancienne Égypte; A. de Humboldt lui obtint une mission du roi de Prusse, conjointement avec des artistes et érudits anglais et allemands (juillet 1842). Bien accueilli par Mehemet Ali, il fit beaucoup. Revenu en 1846, il fut nommé professeur à l'université de Berlin, directeur adjoint (1855), puis en chef (1865) du Musée égyptien, dont les collections rapportées par lui forment le fonds le plus précieux. Il publia la magnifique collection des monuments égyptiens et éthiopiens, Denkmaeler aus Égypten und Aethiopien (Berlin, 1849-60, 12 vol., 263 pl.), qui demeurera longtemps une des principales bases des travaux des égyptologues. Lepsius mit en oeuvre ces documents dans sa Chronologie der Aegypten (Berlin, 1849), et son Kœnigsbuch der alten Aegypter (1858), en même temps qu'il écrivait ses intéressantes Briefe ans Aegypten, Aethiopien und der Halbinsel Sinai (1852).

En 1866, il fit un second voyage en Égypte, découvrit dans les ruines de Tanis la célèbre inscription de Canope (Décret de Canope), qu'il étudia dans Das bilingue Dekret von Kanopus (Berlin, 1866). En dehors de ses grands travaux, il importe de citer les plus remarquables des nombreux mémoires par lesquels Lepsius contribua aux progrès de l'égyptologie : Ueber den ersten aegyptischen Goetterkreis (1851); Ueber einige Ereignisse der aegyptischen Denkmaler für die Kenntniss der Ptolemœergeschichte (1853); Ueber die 12te œgyptische Koenigsdynastie (1853); Ueber die Goetter der vier Elemente (1856); Ueber die 22te Koenigsdynastie (1856); Ueber die Manethonische Bestimmung der Umfangs der œgyptischen Geschichte (1857); Ueber einige Berührungspunkte der aegyptischen, roemischen und griechischen Chronologie (1859); Die altaegyptische Elle und ihre Einteilungen (1865); Grundplan des Grabes Koenig Ramses IV (1867); Ueber den chronologischen Wert der assyrischen Eponymen (1869); Ueber einige aegyptische Kunstformen (1871); Die Metalle in den aegyptischen Inschriften (1872); Die babylonisch-assyrischen Laengenmasse nach der Tafel von Senkereh (1877), etc.

Karl Lepsius n'a pas borné son activité au domaine où il s'est illustré. Il ne cessa pas ses travaux de linguistique comparative; les principaux sont : Ueber chinesische und tibetanische Lautverhaeltnisse (1861); Ueber die arabischen Sprachlaute und deren Unschrift (1861); Ueber das Lautsystem der persischen Keilschrift (1863); Ueber das ursprünglische Zendalphabet (1863).

Lepsius  avait proposé un système d'alphabet linguistique universel : Standard Alphabet for reducing unwritten languages and foreign graphic systems to an uniform orthography in european letters (Londres, 1835; 2e éd., 1863), qu'il appliquait dans la 2e édition à 120 langues. Il donna encore Nubische Grammatik mit einer Einleilung über die Vœlker und Sprachen Afrikas (Berlin, 1880), et Laengenmasse der Alten (Berlin, 1884). (A.-M. B.).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.