.
-

Lancaster

Maison de Lancaster. - Branche de la maison royale de Plantagenet, issue d'Edouard III, roi d'Angleterre. Edouard III avait eu sept fils : 
1° Edouard, prince de Galles, connu sous le nom de prince Noir, père de Richard II;

2° Guillaume, mort dans l'enfance; 

3° Lionel, duc de Clarence;

4° Jean de Gand, duc de Lancaster, tige de la maison de Lancaster; 

5° Edmond, comte de Cambridge et ensuite duc d'York

6° Guillaume Windsor, mort jeune;

7° Thomas de Woodstock, duc de Buckingham et ensuite de Gloucester. 

Henri, fils de Jean de Gand, duc de Lancaster, s'empara du trône, d'où il renversa Richard II, sous le nom de Henri IV, en 1399, au préjudice de la descendance de Lionel, duc de Clarence. Cette usurpation fut l'origine des guerres civiles, qui ont ensuite désolé l'Angleterre.

La Guerre des Deux Roses.
La maison de Lancaster fournit trois rois, Henri IV, Henri V et Henri VI. Pendant le règne de ce dernier, Richard, duc d'York, petit-fils d'Edmond, duc d'York, cinquième fils d'Edouard III, et, des cendant par sa mère, Anne de Mortimer, de Lionel, duc de Clarence, troisième fils d'Edouard III, prétendit, avec raison, selon la loi anglaise d'hérédité qui admet la succession féminine, avoir des droits au trône qui primaient ceux de la maison de Lancaster, issue de Jean de Gand, quatrième fils d'Edouard.

De là naquit la guerre sanglante de la rivalité des deux maisons de Lancaster et d'York, dite Gguerre des Deux Roses, parce que le signe de ralliement des partisans de la maison de Lancaster était une Rose rouge, et celui des partisans de la maison dYork une Rose blanche. 

Cette guerre, qui coûta la vie à un million d'hommes et à 80 princes du sang royal, éclata en 1450. Richard, duc d'York, profita du mécontentement que causa à la nation la perte successive de toutes les provinces que l'Angleterre possédait en France (La Guerre de Cent Ans), pour susciter un soulèvement contre Henri VI. Secondé par le fameux comte de Warwick, il fut vainqueur à Saint-Alban en 1455, et à Northampton en 1460; mais, il fut vaincu et tué cette même année à Wakefield. Son fils Edouard continua la lutte, se fit proclamer roi en 1461, sous le nom d'Edouard IV, et remporta cette même année une victoire à Taunton, où il fit prisonnier Henri VI, qu'il enferma dans la Tour de Londres

Warwick, changeant de parti, replaça Henri VI sur le trône en 1470. Mais Edouard l'en précipita de nouveau en 1471, et l'enferma une seconde fois dans la Tour de Londres, où il fut égorgé. Il gagna à Barnet une bataille où Warwick périt, et dans une seconde bataille à Tewkesbury il s'empara de la reine Marguerite, femme de Henri VI, et du prince de Galles, leur fils, qui fut mis à mort. Il transmit le royaume en 1483 à son fils Edouard V; mais le duc de Gloucester, oncle de ce jeune roi, le détrôna cette même année, et le fit assassiner avec son frère le duc d'York. 

Cette sanglante usurpation rendit Richard III, nom sous lequel régna le duc de Gloucester, odieux à la nation. Henri Tudor, comte de Richmond, issu par sa mère de Jean de Gand, duc de Lancaster, marcha contre lui, et conquit le trône, en 1485, par la victoire de Bosworth, où Richard fut tué.

La maison d'York avait fourni trois rois à l'Angleterre, Edouard IV, Edouard V et Richard III. La Guerre des Deux Roses se termina ainsi par la substitution de la maison de Tudor à celle de Plantagenet. Henri Tudor, qui prit le nom de Henri VII, épousa en 1486 Elisabeth, fille aînée d'Edouard IV et réunit par ce mariage les droits des deux maisons de Lancaster et d'York.

Lancaster (Sir James). - Marin mort en 1618. En 1593-1594, il fit deux voyages aux Indes d'où il rapporta une cargaison fort riche. Après s'être emparé de Pernambouc (auj. Recife, au Brésil) où il avait trouvé une grande quantité de marchandises, il porta ainsi un coup fatal au monopole que les Portugais avaient constitué à leur profit. La formation de la Compagnie des Indes suivit de près l'heureuse expédition de Lancaster qui fut chargé en 1600 du commandement de sa première flotte. Il fut créé baronnet en 1603 et Baffin donna son nom au détroit de Lancaster. (R. S.).
Lancaster (Albert Benoît Marie). - Météorologiste et bibliographe né à Mons (Belgique) le 24 mai 1849. Météorologiste-inspecteur et bibliothécaire-secrétaire de l'observatoire de Bruxelles, il a, en collaboration avec l'ancien directeur de cet établissement, Houzeau, doté l'astronomie d'importants recueils bibliographiques. On lui doit en outre des travaux de météorologie d'une certaine valeur. Il est aussi l'auteur de nombreux articles, mémoires originaux et notes d'observations parus dans les Bulletins de l'Académie des sciences de Belgique, dans l'Annuaire et dans les Annales de l'Observatoire de Bruxelles, dans Ciel et Terre, etc. ( L. S.).


En bibliothèque - Ses principaux ouvrages ont pour titres : Traité élémentaire de météorologie, avec Houzeau (Bruxelles, 1880, in-8; 2e éd., 1883). - Bibliographie générale de l'astronomie, avec le même (Bruxelles, 1881-1887, 3 vol. in-8). - Tableaux résumés des observations météorologiques faites à Bruxelles de 1833 à 1882 (Bruxelles, 1886-87, 2 vol. in-16). - Quatre Mois au Texas (Mons, 1887, in-8). - le Nord du Mexique (Mons, 1889, in-8); Liste générale des observatoires et des astronomes (Bruxelles, 1890, in-8; 31 éd.).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2009. - Reproduction interdite.