.
-

Kwast (Matthias), navigateur néerlandais, fut expédié en 1639 par A. Van Diemen, gouverneur général des Indes. Ses Instructions le chargeaint de découvrir la côte orientale de la grande Tartarie et les fameuses îles de l'Or et de l'Argent. Des renseignements confus, que l'on avait obtenus des Japonais plusieurs années auparavant, faisaient penser que ces terres étaient situées par les 37 degrés de latitude nord, et à quatre cents lieues à l'Est du Japon. Diverses causes empêchèrent que l'on s'occupât tout de suite de cette recherche, et d'ailleurs quelques personnes regardaient la chose comme très incertaine, puisque depuis longtemps les Espagnols passaient tous les ans dans les parages indiqués. L'expédition de Kwast manqua complètement; il n'eut pu connaissance de la côte de Tartarie, et ne découvrit pas les îles qu'il cherchait.

En conséquence le Journal de sa campagne ne fut pas publié, parce qu'en pensa que les circonstances n'en étaient pas assez importantes. Quelques particularités en ont été insérées dans le livre de Dirk Rembrantz van Niekop, en néerlandais, et intitulées Observations relatives aux voyages faits d'Europe au nord-Est pour aller aux Indes Orientales, Amsterdam, 1874. On les trouve aussi dans les Philosophical Transactions de 1874, numéro 109. il paraît que Witsen vit aussi le Journal de Kwast, II dit dans son Noard en Oost Tartary que ce navigateur, qui avait avec lui deux navires, se dirigeant à l'est, vers 32 à 41 degrés de latitude, rencontra, à deux cents milles néerlandais du Japon, des indices de terres voisines, et qu'il ne les aperçut que de loin par les 37 degrés et demi. Beaucoup plus à l'est, et sous la même latitude, les mêmes signes se présentèrent de nouveau; cependant Il n'en résulta rien.

L'opinion de ses contemporains fut cependant que, si réellement il découvrit une terre à la latitude précitée, sa découverte pouvait être regardée comme nulle, à cause de la manière vague et incertaine dont la distance de la côte du Japon était marquée. Des rumeurs semblables à celle, qui avaient donné lieu au voyage de Kwast déridèrent, quatre ans plus tard, celui de Vries, qui du moins ne fut pas fait vainement. Au reste, si Kwast échoua dans son voyage de découvertes, ce fut un brave capitaine. En 1641 , il commandait une escadre de six vaisseaux qui croisaient dans le détroit de Malacca pour observer les mouvements des portugais. Un galion richement chargé et arrivant d'Europe fut attaqué et enlevé par Kwast; mais un éclat de bois blessa grièvement à la cuisse cet intrépide officier, qui mourut peu de jours après. (E-s).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.