.
-

Kraft

Georg Wolfgang Kraft est un physicien né le 15 juillet 1701 à Duttlingen, dans le Wurtemberg. Son père, pasteur de cette ville, prit soin lui-même de sa première éducation, et l'envoya ensuite aux écoles de Blaubeuren et de Bebenhausen, où son fils s'appliqua particulièrement à l'étude des mathématiques et de l'histoire naturelle. Il ne négligea cependant pas d'acquérir des connaissances dans d'autres parties; et ses progrès dans la critique sacrée furent tels, que, peu de mois après son arrivée à Tubingen, il y soutint une thèse sur les cinq premiers chapitres de l'Évangile de St-Mathieu.

Pendant son premier séjour dans cette ville, il se lia d'une étroite amitié avec Bilfinger, qui y enseignait alors la géométrie et la physique ; et cette liaison honorable décida en quelque sorte du reste de sa vie. Kraft reçut en 1728 le degré de maître ès arts; et Billinger lui procura, la même année, la chaire de mathématiques au collège de St Pétersbourg. Kraft la remplit avec beaucoup de distinction : cinq ans après, on le chargea de donner en même temps des leçons de physique, en attendant la vacance de la direction de l'observatoire qui lui était promise; et en 1758 il fut fait membre de l'académie de Berlin.

La réputation que Kraft s'était acquise engagea son souverain à le rappeler dans sa patrie ; mais ce ne fut qu'avec peine qu'il obtint de l'académie le congé qu'il sollicitait. De retour à Tubingen en 1744, il prit possesion sur-le-champ de la chaire de mathématiques et de physique, qu'il remplit avec autant de zèle que de succès jusqu'à sa mort, arrivée le 16 juillet (ou, selon Meusel, le 12 juin) 1734, au moment où l'on pouvait espérer de lui des ouvrages plus importants que ceux qu'il a publiés.

On a de Kraft : 1° Experimentorum physicorum brevis descriptio, Pétersbourg, 1738, in-8° ; 2° Brevis introductio ad geometriam theoreticam , ibid., 1740, in-8°. Ces deux ouvrages élémentaires sont rédigés avec beaucoup de clarté et de méthode. 3° Description de la maison de glace construite St Pétersbourg en 1740, avec quelques remarques sur le froid en général. Cet ouvrage, publié en russe et en allemand, et qui contient beaucoup de remarques curieuses, a été traduit en français par P. L. Leroi , ibid., 1741, in-4°, avec 6 pl., fig. Les exemplaires en sont asses rares et recherchés. 4° De atmosphaera solis, dissertationes duae, Tubingen, 1746, in-4°. On y retrouve quelques-uns des principes que Mairan a si bien développés dans son Traité des aurores boréales, (Voy. les Mém. de l'Acad. des sciences, ann. 1747.); 5° Intitutiones geometriae sublimioris, ibid., 1753, in-4°; 6° Praelectiones academicae publica in physicam theoriticam, 3 part. in-8°; 7° un grand nombre de Programmes et de Dissertations académiques; 8° Un grand nombre de mémoires insérés dans le recueil de l'académie de Pétersbourg, dont il était associé : on se contentera de citer celui dans lequel il rend compte de ses Expériences sur la végétation des plantes et les conséquences qu'on en peut tirer. Ce mémoire est rempli d'observations neuves et intéressantes.

On trouvera une Notice sur Kraft dans la Nouvelle Bibliothèque germanique. t. 16, 2e. part.; et sa Vie dans la Pinacotheca scriptor. illustr., par J. Brucker, v. 2, vers. 6. Voyez aussi Oratio de singularibus, Providentiae divina documentis in vita Kraftiana conspiciendis, par Christophe-Fréd. Schott, Tubingen, 1771. (A19).

Kraft (Wolfgang-Ludwig). - Fils du précédent, né à Pétersbourg le 23 août 1743, mourut dans la même ville le 20 novembre 1814, après y avoir été successivement nommé membre de l'académie en 1771, professeur de physique au corps des cadets de terre en 1783 , professeur de mécanique au corps des mines, et maître de mathématiques du grand-duc Constantin. En 1767, il avait été envoyé à Orenbourg pour observer le passage de Vénus sur le disque du Soleil; et il travailla beaucoup avec Euler aux tables de la lune. On a de lui : 1° Dissertatio de ratione ponderum sub polo et equatore, Tubingen, 1764, in-4°; 2° plusieurs Mémoires d'arithmétique politique dans la collection de l'académie russe; 3° un Essai sur la manière de rendre incombustibles les bois de construction, dans le journal de St-Pétersbourg , décembre 1778. (W-s).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.