.
-

Les îles Kouriles
Les îles Kouriles (japonais Tsisima) forment un archipel volcanique dépendant de la Russie, qui s'étend au Nord de l'île japonaise d'Hokkaïdo jusqu'au Kamtchatka; c'est une chaîne de seize îles et de quelques îlots, formant une sorte de barrière entre l'Océan Pacifique et la mer d'Okhotsk; elles forment une ligne courbe convexe vers l'Est, de 1200 kilomètres de long. Elles ont ensemble 14,824 m². On distingue les quatre îles méridionales sous le nom de Grandes Kouriles. Voici du Sud au Nord la liste des îles et des huit principaux îlots avec l'indication de leur superficie en km² :
-
Kunasir (Kunashiri) 1548
Sikotan (Shikotan) 391
Itorup  6725
Urup 1511
Brat Sirnoïev (Sirpoiev) 14
Sirnoï (Sirpoï) 10
Makanruuru 9
Simusir  414
Kétoï  61
Usisir 7
Rasona 64
Matua  65
Raïkok 16
Musir 18
Siaskotan 179
Ekarma 33
Sirinkotan 7
Karimkotan  122
Onékotan 521
Makanrusi  65
Sirinki 6
Paramusir (Paramushir) 2479
Alaïd 92
Sumsu 467

Entre Kunasir (longue de 110 km) et Hokkaïdo, le detroit de Nemuro n'a que 9 m de profondeur; entre Kunasir et Itorup, le canal Pico ou Catherine en a 82 et 27 km de large; entre Itorup (longue de 225 km) et Urup est le détroit de Vries; au Nord d'Urup, le canal de la Boussole, large de plus de 100 km, sépare le groupe des Grandes Kouriles du reste de la chaîne insulaire. Dans celle-ci, les îles sont assez espacées, sauf les dernières; Paramusir n'est séparé de Sumsu que par un étroit chenal, et le détroit des Kouriles, entre Sumsu et le cap Lopatka, au Sud du Kamtchatka, n'a que 13 kilomètres de large et 18 m de profondeur. 
-

Kouriles : île de Paramushir.
L'île de Paramusir, au Nord des Kouriles. Cette photo prise par un astronaute montre comment l'île est constituée par l'assemblage de plusieurs volcans.Quatre grands centres volcaniques forment cette partie de l'île. le Pic Fuss (au centre de l'image, à gauche) est un strato-volcan isolé relié à l'île principale par un isthme. La dernière éruption du Fuss remonte à 1854. La pointe sud de l'île est occupé par le groupe Karpinsky qui réunit trois volcans . Une éruption mineure de cendres suite à un tremblement de terre a eu lieu sur cette partie de l'île en 1952. Le groupe de Lomonosov au Nord-Est (centre de l'image) comprend quatre cônes de scories et d'un dôme de lave. La plus récente activité volcanique sur l'île de Paramushir eu lieu en 2008 au niveau du cône Chikurachki situé le long de la côte nord de l'île (en haut). Le sommet de ce volcan, haut de 1816 m, est le plus élevé de l'île. Une grande partie de la mer d'Okhotsk visible sur cette image est recouverte de nuages, comme c'est le cas fréquemment autour des îles de la chaîne des Kouriles. Source : Nasa.

Les îles Kouriles, situées le long de la frontière entre deux plaques tectoniques (zone de subduction), forment une partie de la Ceinture de feu du Pacifique, la chaîne volcanique qui entoure l'Océan Pacifique; entre la mer d'Okhotsk, peu profonde, et l'Océan qui atteint à peu de distance quelques unes de ses plus grandes profondeurs (8518 m), elles constituent une véritable jetée naturelle. On y a compté 52 volcans dont 13 actifs; celui d'Alaïd atteint 3300 m; Kunasir a un cône de 2254 m, le pic Saint-Antoine; Matua en renferme un de 1377 m; Onekotan a trois cratères. 

Histoire des Kouriles. - Le premier explorateur européen des Kouriles fut le Hollandais Martin de Vries (1643) qui appela Staaten Eiland et Campanie Lant les deux îles méridionales. Les chasseurs de pelleteries russes y abordèrent vers 1654. Les Russes en prirent possession en 1711 et les étudièrent à plusieurs reprises. La carte complète fut donnée par Golovnine (1805). Jusqu'à 1875, elles appartenaient à la Russie, à l'exception de Kunasir, Sikotan et Itorup dépendant du Japon; un traité de 1855 avait précisé la limite. En 1875, la Russie les céda au Japon en échange de la moitié méridionale de Sakhaline. Occupées par l'Union soviétique pendant la Seconde guerre mondiale, les îles Kouriles ont été rattachées officiellement à la Russie en 1945. Les plus méridionales (Etorofu, Kunashiri, Shikotan et le groupe de Habomai) sont revendiquées depuis par le Japon.
L'aspect de ces îles est sinistre; elles sont sombres, souvent surmontées d'un panache de fumée, sans végétation, sauf le long du rivage, presque toujours enveloppées d'épais brouillards; dans les détroits qui les séparent, de violents courants venant de la mer d'Okhotsk rendent les communications difficiles. Au Nord d'Urup, elles sont revêtues de neiges qui ne fondent guère même en été. Les Grandes Kouriles ont des arbres, bouleaux, peupliers, saules, petits chênes et même bambous à tige marbrée (à Sikotan). 

La faune paraît venir d'Hokkaïdo et s'appauvrit à mesure qu'on avance vers le Sud; l'ours n'existe que dans les Grandes Kouriles; le renard dans toute la chaîne; les castors et les loutres marines tendent à disparaître; les phoques, morses et lamantins sont relativement nombreux. (A.-M. B.).
-

Tourbillons de Karman dans les nuages au-dessus des îles Kouriles.
Structures nuageuses insolites au-dessus des îles Kouriles. - Lorsque les nuages poussés
par le vent rencontrent un obstacle (ici des îles), ils s'enroulent autour pour former, comme sur
cette image, de gros tourbillons en chapelet dits tourbillons de Karman. Source : USGS.


[La Terre][Cartotheque][Etats et territoires][Histoire politique]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.