.
-

Hooke

Hooke, (Robert), mécanicien, astronome et physicien né à Freshwater (île de Wight) le 18 juillet 1635, mort à Londres le 3 mars 1703. II fit ses études, comme écolier servant, au Christ Church College d'Oxford, montra de précoces dispositions pour la mécanique, s'occupa quelque temps d'aviation (mais oui, l'aviation a existé bien avant les premiers avions!), puis d'horlogerie, imagina dès 1658 l'application aux balanciers des montres d'un ressort modérateur, probablement droit, inventa plus tard l'échappement à double balancier (1675) et celui à ancre (1680), cultiva dans l'intervalle l'astronomie et la physique, et fit à la Société royale de Londres, où il était entré en 1662 comme directeur des expériences et qui l'élut membre en 1663 et secrétaire en 1678, de nombreuses et savantes communications sur les taches du Soleil, de la Lune, de Jupiter, de Mars, sur les phases de ces deux dernières planètes, sur les anneaux de Saturne, sur les molécules de l'eau, sur sa densité à différentes températures, sur les poids spécifiques, sur l'accélération de la chute des graves, sur le rôle physiologique de l'air, sur les effets de sa raréfaction, sur la composition de la lumière, sur le nombre de vibrations des notes de musique, sur la relation entre les hauteurs du baromètre et les changements de température, sur l'adoption de la longueur d'un pendule comme unité de mesure universelle, etc. 

On lui attribue encore l'idée première de l'octant (1674), que Hadley n'aurait qu'amélioré, le choix du point de fusion de la glace comme zéro du thermomètre, un ingénieux système de télégraphie optique (1684), et quantité d'instruments nouveaux ou perfectionnés (arithmographe, machine à diviser, micromètre, pluviomètre, anémomètre, baromètre à cadran, barométrographe, balance de proportion, microscope, télescope, hélioscope, lampe à niveau constant, sonde automatique sans corde, etc.). Robert Hooke aurait enfin expérimentalement démontré que le mouvement circulaire est la résultante de deux forces égales, l'une centrifuge, l'autre tangentielle, et que lorsque ces deux forces sont inégales le mouvement devient elliptique; il aurait même énoncé avant Newton le principe de la gravitation universelle. Il fut aussi un habile architecte et dressa les plans d'après lesquels toute une partie de Londres fut reconstruite après le terrible incendie de 1666. Il résidait au Gresham College, dont il avait été nommé en 1665 professeur de géométrie. Il faisait en outre des cours publics de physique fort renommés, les Cutlerianae Lectiones, instituées pour lui en 1664 par sir John Cutler. 

Possédant des connaissances très vastes, sinon très profondes, travailleur infatigable et chercheur fécond, quoique insuffisamment persévérant, Robert Hooke, qui a rendu à diverses branches des sciences des services incontestables et qui jouissait parmi ses contemporains d'une grande célébrité, était malheureusement affligé d'un caractère acariâtre et envieux, encore aigri par ses infirmités physiques (il était bossu, maigriot, souffreteux) et par la croyance que tout le monde le plagiait. Cette préoccupation, également manifeste dans ses actes et dans ses écrits, le portait à envelopper la révélation de ses découvertes d'un demi-mystère, qui empêche souvent de se rendre un compte exact de leur valeur et de leur portée. Robert Hooke contesta à Newton ses plus belles découvertes, et eut avec Hévélius et Huygens de vives discussions. Cependant il fut lié avec R. Boyle et Th. Willis. (Léon Sagnet).


En bibliothèque - Outre de nombreux mémoires insérés dans les Philosophical Transactions (1665 à 1686), il a publié Micrographia (Londres, 1665, in-fol.; 3e éd., 1780); An Attempt to prove the motion of the earth (Londres, 1674, in-4); A Description of helioscopes and some other instruments (Londres, 1676, in-4); Lampas (Londres, 1677,in-4); Philosophical Collections (Londres, 1678, in-4), etc. 

Un volume de Posthumous Works (Londres, 1705, in-fol.), et un autre de Philosophical Observations and experiments (Londres, 1726, in-8) ont été édités après sa mort, le premier par R. Waller, le second par W. Derham. 

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.