.
-

Home

Les Home sont une grande famille écossaise dont les membres principaux sont : 

Alexander, premier lord Home, fils d'Alexander, gardien des marches, qui mourut en 1456; il jouit auprès de Jacques III d'une grande faveur et fut créé lord le 2 aoùt 1473. Avec les Hepburns, il entreprit avec succès de combattre l'influence du duc d'Albany et le força à s'exiler. Mais en 1482, irrité contre l'ascension de fortune de Robert Cochrane, comte de Mar, Home, à la tête du parti des barons, s'empara du favori, le pendit, et emmena Jacques captif à Edimbourg. Le roi fut délivré par le duc d'Albany, et Home et ses partisans furent à leur tour emprisonnés. Bientôt remis en liberté, il fomenta une nouvelle conspiration contre le souverain : elle aboutit à la bataille de Sauchieburn (18 juin 1488), où Jacques III périt. Sous Jacques IV lord Home joua à la cour un rôle prépondérant.

• Son petit-fils Alexander, mort en 1506, combattit aussi Jacques III et fut nommé après sa mort (7 octobre 1488) lord haut chancelier à vie. Il conclut à Coldstream le 23 octobre un traité de paix de trois années avec l'Angleterre. En 1496, il appuya les prétentions de Perkin Warbeck au trône d'Angleterre et fit même une démonstration armée en sa faveur.

Alexander, fils du précédent, mort en 1516, fut haut chambellan et exerça de fait les fonctions de premier ministre de 1506 jusqu'à la fin du règne de Jacques IV. En 1513, il ravagea le Northumberland à la tête d'une armée de 8000 hommes. Mais il tomba dans une embuscade (13 août 1543) où périt presque toute cette armée. Jacques dirigea alors une grande expédition contre l'Angleterre. Home commanda l'avant-garde à la bataille de Flodden Field; il mit en pleine déroute Edmond Howard, mais, s'étant attardé à piller, il ne put empêcher le désastre final de l'armée écossaise. Nommé chief justice pendant la minorité du nouveau roi, il devint le rival le plus puissant de la maison d'Angus. Le duc d'Albany ayant été nommé régent (1514), Home reçut bientôt l'ordre de quitter le royaume. Mais il prit les armes. Enfermé à Edimbourg sous la garde du comte d'Arran, il le gagna à ses vues et forma avec lui et Angus une ligue contre le régent. Celui-ci en détacha Arran et Home ayant reçu l'assurance d'une amnistie complète, fut néanmoins arrêté et, condamné comme coupable de haute trahison, fut décapité le 8 octobre 1516. Son frère George, après cette exécution, s'enfuit en Angleterre. En 1522, Albany consentit à son retour et le rétablit en ses titres et dignités. Il participa à toutes les intrigues qui se nouaient autour de la personne du roi, tantôt allié, tantôt ennemi d'Angus, et combattit constamment les Anglais sur les frontières. En 1547 il commandait un fort corps de cavalerie pour résister à l'invasion anglaise. Battu à Fanside, il tomba de son cheval et fut si grièvement blessé qu'il mourut peu après à Edimbourg.

Alexander, cinquième lord Home, fils de George, fut fait prisonnier à la bataille de Pinkie (1547); il prit part aux diverses campagnes contre l'Angleterre et assista les Français au siège d'Haddington. Conseiller privé de Marie Stuart en 1561, et partisan de son mariage avec Darnley, il abandonna la reine dès qu'il fut question de son mariage avec Bothwell. Il assiégea le château de Borthwick d'où Bothwell put s'échapper par une issue dérobée, et lorsque Marie fit sa soumission aux Lords, il empêcha un soulèvement populaire en sa faveur en occupant fortement les rues d'Edimbourg. Mais, lorsque Bothwell eut été contraint de s'enfuir, il
revint au service de Marie Stuart et prit les armes en sa faveur. Fait prisonnier à Edimbourg en 1572, il y fut détenu jusqu'en 1574. Il mourut l'année suivante.

• Son fils, Alexander, né vers 1566, conspira avec Bothwell contre Arran et contribua largement à sa chute. Mais le favori disparu, il se brouilla avec Bothwell, l'ennemi héréditaire de sa famille, et chercha à lui enlever le roi à peu près prisonnier dans le palais d'Holyrood en 1593. Après le bannissement de Bothwell, il devint très puissant à la cour, et lorsque Jacques fut monté sur le trône d'Angleterre il devint conseiller privé et fut créé comte (1605). Il mourut le 5 avril 1649. 

• Le troisième comte, William, mort le 28 avril 1764, fut gouverneur de Gibraltar. (R. S.).

Henri Home, plus connu sous le nom de lord Kames, est un écrivain écossais, auteur d'ouvrages sur la jurisprudence et la philosophie, et dont les principes sont ceux de l'école écossaise de Reid, avec lequel il était lié. Il est  né à Kames (Berwickshire) en 1696, mort à Edimbourg le 27 décembre 1782. Entré dans le barreau, il exerça la profession d'avocat à Edimbourg et devint par la suite lord du suprême tribunal d'Ecosse. 

D'un caractère indépendant, il prit une part active au mouvement philosophique qui passionnait alors tous les esprits élevés, et, par la renommée et le respect dont il jouissait, groupa autour de lui les plus grands penseurs de son temps. 

Son oeuvre philosophique est considérable. On me bornera à citer : Essays on the Principles of Morality and Natural Religion (1751), où il nie le libre arbitre dans les actions humaines et admet la doctrine de la fatalité; Introduction to the art of Thinking (1761). Dans Elements of criticism (1762), il recommande la psychologie dans les oeuvres d'imagination, système suivi par la suite par de nombreux écrivains, mais il ne fait nulle différence entre le beau et l'utile. 

"Ce qui est utile, affirme-t-il, est toujours beau, et ce qui est beau est naturellement utile."
Dans l'art dramatique, il attaque, comme l'a fait depuis l'école romantique, la règle des trois unités, se contentant de celle d'action. Lord Kames, ou le voit, est un précurseur. 

Outre des esquisses sur l'Histoire de l'homme, sur l'Éducation, sur I'Agronomie, il écrivit un grand nombre d'ouvrages de jurisprudence. (H. France).

John Home  est un  écrivain anglais, né à Leith le 21 septembre 1722, mort à Merchiston, près d'Edimbourg, le 5 septembre 1808. Il était descendant de l'ancienne famille des Home. 

Il allait entrer dans l'Eglise lorsque éclata la rébellion de 1747. Il s'engagea comme volontaire, prit part à la défense d'Edimbourg et, après sa reddition, se rendit à Dunbar. Lieutenant des volontaires de Glasgow, il figura à la bataille de Falkirk (1746), fut fait prisonnier, mais put s'échapper. En 1747, il était nommé pasteur d'Athelstaneford. 

Très lié avec Robertson, Adam Ferguson, Carlyle, David Hume, il débuta dans les lettres par une tragédie, Agis, que Garrick refusa. Il tira du fonds des vieilles ballades populaires écossaises une autre tragédie, Douglas, que Garrick refusa encore en 1755. Il la lit jouer alors à Edimbourg (14 décembre 1756), où elle obtint un succès considérable, puis à Covent Garden (1757) où elle fut accueillie avec le même enthousiasme. Elle eut un autre genre de succès. L'Eglise s'offensa de ce qu'une pièce de théâtre eût été écrite par un ecclésiastique et représentée devant des ecclésiastiques, et, après une guerre de pamphlets, Home dut abandonner sa cure.

Il devint alors secrétaire particulier de lord Bute et précepteur du prince de Galles (Georges III). Agis put enfin être représenté à Drury Lane (1758), ou il occupa assez longtemps la scène. Il n'en fut pas même du Siege of Aquileia (1760), dont Voltaire se moqua en donnant au théâtre français l'Ecossaise, comme une traduction de Home, ni de la Fatal Discovery (1769), ni d'Alfred (1778). Mais Alonzo (1773) fut accueilli avec une certaine faveur. 

Vers 1779, Home s'établit à Edimbourg où ses compatriotes le vénérèrent jusqu'à la fin de sa longue vie. (R. S.).

Robert Home est un peintre anglais, né à Londres vers 1750, mort en Inde en 1836. Fils d'un apothicaire et élève d'Angelica Kauffmann, il s'établit d'abord à Dublin, ou, en une seule année, il exposa vingt-deux portraits et une composition allégorique. En 1789 il se rendit aux Indes, se concilia la faveur du roi d'Aoude et acquit une fortune considérable à travailler pour ce puissant rajah. 

Il envoya en Angleterre des oeuvres importantes, notamment le Roi d'Aoude recevant le tribut (à Hampton Court), l'Assaut de Bengalore, les Princes de Mysore reçus en otage par lord Cornwallis. Ses albums, Description de Seringapalam et Vues de Mysore, illustrent la campagne contre Tippo-Sahib. 

Sa palette, riche et harmonieuse, a un beau caractère oriental, et ses toiles ont conservé un éclat dû au soin qu'il prenait de préparer lui-même ses couleurs. (GE).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008 - 2019. - Reproduction interdite.