.
-

Hoche

Lazare Hoche, né à Montreuil, près de Versailles, en 1768, était sergent aux gardes-françaises avant la Révolution. Devenu bientôt général de brigade, il fut mis à la tête de l'armée de la Moselle. Il força les Autrichiens à évacuer l'Alsace en 1793. En butte à la haine de Saint-Just, il fut, emprisonné jusqu'au 9 thermidor. Chargé du commandement de l'armée de la Vendée, il défit les émigrés à Quiberon en 1795, et pacifia le pays épuisé par une lutte sanglante. Il dirigea avec succès les opérations de l'armée de Sambre-et-Meuse contre les Autrichiens, qu'il battit dans plusieurs rencontres en 1797. Il venait d'être nommé commandant de l'armée d'Allemagne, lorsqu'il mourut empoisonné, à ce qu'il paraît, en  septembre de cette même année 1797. Une statue lui a été élevée à Versailles en 1832.
-
Hoche.
Hoche (1768-1797), par François Gérard.
-
Hoche vu par Ad. Thiers

« Un mal inconnu consumait ce jeune homme, naguère plein
de santé, et qui joignait à ses talents l'avantage de la beauté et de la vigueur la plus mâle. Malgré son état, il s'occupait d'organiser en une seule les deux armées dont il venait de recevoir le commandement, et il songeait toujours à son expédition d'Irlande, dont le Directoire voulait faire un moyen d'épouvante contre l'Angleterre. Mais, vers les derniers jours
de fructidor, il commença à souffrir des douleurs insupportables. On souhaitait qu'il suspendit ses travaux, mais il ne le voulut pas. Il appela son médecin et lui dit : Donnez-moi
un remède pour la fatigue, mais que ce remède ne soit pas le repos. Vaincu par le mal, il se mit au lit le premier jour complémentaire de l'an V (17 septembre), et expira le lendemain, au milieu des douleurs les plus vives. L'armée fut dans la consternation, car elle adorait son jeune général... Le Directoire fit préparer des obsèques magnifiques; elles eurent lieu au Champ-de-Mars, en présence d'un concours immense de peuple. Une armée considérable suivait le convoi; le vieux père du général conduisait le deuil. Cette pompe fit une impression profonde et fut une des plus belles de nos temps héroïques.

Ainsi finit l'une des plus belles et des plus intéressantes vies de la Révolution. Cette fois, du moins, ce ne fut pas par l'échafaud. Hoche avait vingt-neuf ans. Soldat aux gardes-françaises, il avait fait son éducation en quelques mois. Au courage physique du soldat il joignait un caractère énergique, une intelligence supérieure, une grande connaissance des hommes, l'entente des événements politiques, et enfin le mobile tout-puissant des passions. Les siennes étaient ardentes, et furent peut-être la seule cause de sa mort. Une circonstance particulière ajoutait à l'intérêt qu'inspiraient ses qualités : toujours il avait vu sa fortune interrompue par des accidents imprévus; vainqueur à Wissembourg, et prêt à entrer dans la plus belle carrière, il fut tout à coup jeté dans les cachots; sorti des cachots pour aller se consumer en Vendée, il y avait rempli le plus beau rôle politique, et, à l'instant où il allait exécuter un grand projet sur l'Irlande, une tempête et des mésintelligences l'arrêtèrent encore; transporté à l'armée de Sambre-et-Meuse, il y remporta une belle victoire, et vit sa marche suspendue par les préliminaires de Léoben : enfin,

tandis qu'à la tête de l'armée d'Allemagne et avec les dispositions de l'Europe, il avait encore un avenir immense, il fut frappé tout à coup au milieu de sa carrière, et enlevé par une maladie de quarante-huit heures. Du reste, si un beau souvenir dédommage de la perte de la vie, il ne pouvait être mieux dédommagé de perdre si tôt la sienne. Des victoires, une grande pacification, l'universalité des talents, une probité sans tache, l'idée répandue chez tous les républicains qu'il aurait lutté seul contre le vainqueur de Rivoli et des Pyramides, que son ambition serait restée républicaine et eût été un obstacle invincible pour la grande ambition qui prétendait au trône; en un mot, des hauts faits, de nobles conjectures, et vingt-neuf ans, voilà de quoi se compose sa mémoire. Certes, elle est assez belle! ne le plaignons pas d'être mort jeune : il vaudra toujours mieux pour la gloire de Hoche, Kléber, Desaix, de n'être pas devenus des maréchaux. Ils ont eu l'honneur de mourir citoyens et libres, sans être réduits, comme Moreau, à chercher un asile dans les armées étrangères. »
 

(A. Thiers, Histoire de la Révolution française
livre II, livre XXXVIIe).

 
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008 - 2020. - Reproduction interdite.