.
-

Hippon, philosophe grec, né à Samos selon Aristoxène et Jamblique, à Rhegium selon quelques autres écrivains. Mais cette dernière désignation semble résulter d'une confusion avec Hippase. Nous n'avons pas de renseignements sur la vie de ce philosophe; il résulte seulement d'une allusion du scoliaste d'Aristophane (Nuées, 96) qu'il était contemporain de Périclès, et qu'il vécut longtemps à Athènes. 

Comme Thalès, Hippon croyait que le principe des choses est l'eau, ou plutôt, d'après une indication d'Alexandre d'Aphrodisie, l'humide. La raison pour laquelle il adopta cette opinion, c'est, au témoignage d'Aristote qui parle d'ailleurs de lui avec dédain, et le range parmi les philosophes les plus grossiers, que tous les germes sont humides, et ne se développent que grâce à l'humidité.

Il croyait, avec Anaximène, que ce qui est le principe de la vie et du mouvement doit être aussi la matière primitive. De l'eau était sorti le feu, puis, grâce à la victoire du feu sur l'élément humide, le monde s'était formé. On voit, par le passage du scoliaste d'Aristophane cité ci-dessus, que Cratinus lui faisait le même reproche qu'Aristophane adressa plus tard à Socrate, de se représenter le Ciel comme un four, ou comme un couvercle qui enveloppait la Terre; mais nous n'avons pas de détails précis sur ces théories. 

Nous ne savons rien de certain non plus sur le reproche d'athéisme qui lui est quelquefois adressé. Peut-être fut-il moins un philosophe qu'un physicien empirique ; il avait fait des recherches sur la formation du foetus. (V. BR.).

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.