.
-

Dynastie des Hia. - Nom de la première dynastie chinoise; elle succéda aux cinq empereurs, dont les deux derniers sont les célèbres Yao et Choen. On ne sait presque rien sur la dynastie Hia qui, aussi bien que la dynastie suivante, Chang ou Yin, reste enveloppée dans les voiles de la légende. Son fondateur, le grand Yu, est célèbre pour ses travaux hydrographiques; mais le chapitre Yu-kong du Chou-king qui raconte ses exploits a été certainement remanié à une époque plus tardive et décrit un empire bien plus étendu que ne pouvait l'être la Chine de ce temps. 

Se-ma Ts'ien, dans ses Mémoires historiques (chap. II), se contente de dresser la liste des empereurs de cette dynastie et d'y intercaler les chapitres du Chou-king qui se rapportent aux deux premiers d'entre eux : Yu et K'i ; avec une prudence qui est toute à l'éloge de son sens critique, il n'indique aucune date. Dans l'Histoire des Han antérieurs de Pan Kou (chap. lu li tché, 2° partie), on lit que la dynastie Hia compta dix-sept souverains qui régnèrent 432 années. Enfin les systèmes chronologiques plus modernes qui sont exposés dans le T'ong kien kang mou et dans les Annales écrites sur bambou donnent les tables suivantes des règnes de ces empereurs :

Yu (monté sur le trône en 2205 av. J.-C. d'après le T'ong kien kang mou, ou en 1990 d'après les Annales écrites sur bambou);

 2° K'i (2197 ou 1979);

T'ai-k'ang (2188 ou 1958); 

Tchong-k'ang (2159 ou 1952);

Siang (2146 ou 1943); interrègne de 40 ans (2119-2079 ou 1915-1875);

Chao-k'ang (2079 ou 1875); 

Tch'ou (2057 ou 1852); 

Hoai (2040 ou 1833); 

Yang (2014 ou 1789);

10° Sié (1996 ou 1730); 

11° Pou-kiang (1980 ou 1702); 

12° Kong (1921 ou 1643) ; 

13° Kin (1900 ou 1622); 

14° K'ong-kia (1879 ou 1612); 

15° Kao (1848 ou 1601) ; 

16° Fa (1837 ou 1596); 

17° Kié (1818 ou 1589).

Le dernier de ces souverains, Kié, dont le nom est resté synonyme de tyran débauché, fut supplanté par T'ang, fondateur de la dynastie Chang, en l'an 1766 av. J.-C. suivant le T'ong kien kang mou, en l'an 1558 suivant les Annales écrites sur bambou

Le monument le plus authentique que nous avons de ces temps reculés est peut-être le curieux fragment qui nous a été conservé dans le Rituel de Tai l'aîné et qui est intitulé le Petit Calendrier des Hia (trad. en français par Biot, Journ. asiatique, 1840, pp. 551 à 560, et en anglais par Douglas, dans les Orientalia antiqua de Terrien de Lacouperie). (Ed. Chavannes)..

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.