.
-

Du Haillan

Bernard de Girard, seigneur du Haillan est un historiographe de France, né à Bordeaux en 1535 (ou 1537), mort à Paris le 23 novembre 1640, fils de Louis, lieutenant de l'amirauté de Guyenne (cette charge passa à son frère François). Né dans une famille calviniste, il se convertit au catholicisme vers 1555 et fut secrétaire de François de Noailles dans ses ambassades d'Angleterre (1556) et de Venise (1557). 

Il se fit d'abord connaître par des poésies françaises et latines sur les mariages de Philippe II et de Philibert-Emmanuel avec des princesses françaises (l'Union des princes...; Paris, 1559, in-4), sur la mort du roi (le Tombeau de Henry II; Paris, 1559, in-4), sur les rois de France (Regum gallorum Icones, item ducum Lotharingorum; Paris, 1559, in-4); puis par une adaptation du De Officiis  de Cicéron (les Devoirs des hommes; Blois, 1560, in-4) et des traductions d'Eutrope, Cornélius Népos (Paris, 1560, in-8), d'Aemilius Probus (Paris, 1568, in-4), de l'Italien Domenichi. Son Estat et succès des affaires de France , qui est la première histoire de France écrite en français, eut de nombreuses éditions (Paris, 1570, in-8, et 1571, avec une Histoire sommaire... de Pharamond à Louis XI; 1572, in-4, 1573, 1577, 1580, 1584; Paris et Anvers, 1594; Paris et Genève, 1609; Paris, 1613). 

Secrétaire du duc d'Anjou, plus tard Henri III, il écrivit sur son ordre l'Histoire des comtes et ducs d'Anjou, Bourbonnais et Auvergne (Paris, 1571, in-8; 1572, in-4; 1573, in-16; 1580, in-8). Secrétaire des finances, plus tard conseiller du roi, il reçut de Charles IX le titre d'historiographe de France, et publia en 1571 (Paris, in-8) une Promesse et desseing de l'histoire de France, où il blâmait tous les chroniqueurs et annonçait l'intention d'écrire une histoire politique à l'imitation des anciens et des Italiens. En 1574, il fit paraître (Paris, in-8) un Discours sur les causes de l'extrême cherté... 

Enfin, maintenu par Henri III dans sa charge d'historiographe (La Popelinière prétend même qu'alors seulement cette fonction fut érigée en office), il donna en 1576 l'Histoire générale des rois de France jusqu'à Charles VII inclusivement (Paris, in-fol.; Genève, 1577-1580, 2 vol. in-8; Paris, 1580-1585, 2 vol. in-8; 1584, in-fol., puis réimprimé avec des continuations extraites de la Chronique scandaleuse, Paris, 1645, 2 vol. in-fol., et de P. Emile, Commynes, Ferron, etc.; Paris, 1627, 2 vol. in-fol., traduite en latin par Boulanger de Loudun).

S'il rejette un certain nombre de légendes, il invente souvent des assemblées imaginaires et traduit les discours de Paul-Emile. Très vaniteux et très intéressé, il se plaignit souvent de Henri III, qui pourtant le nomma généalogiste de l'ordre du Saint-Esprit et lui accorda une pension de 1200 écus (1585). Il menaçait Henri IV d'échanger sa plume d'or contre une plume de fer. Après avoir déclaré qu'il ne dépasserait pas Charles VII, il se remit à l'ouvrage et écrivit un Louis XI qui passa dans les papiers de Séguier, et de là dans ceux de Saint-Germain-des-Prés. En 1578, il avait publié un Recueil d'avis... tirés des Vies de Plutarque (Paris, in-4). (H. Hauser).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008 - 2017. - Reproduction interdite.