.
-

Le pape grégoire IV

Grégoire IV, 104e pape, élu vers le mois de décembre 827, consacré le 5 ou le 26 janvier 828, mort le 11 ou le 26 janvier 844. Il était Romain, fils d'un patricien nommé Jean. La durée du temps écoulé entre son élection et sa consécration est expliquée par la dépendance dans laquelle le siège de Rome se trouvait à l'égard de l'empire des Francs. Dès le commencement du pontificat de Eugène II (824-827), Lothaire, qui était alors associé au titre impérial, avait fait jurer au clergé et au peuple romain de ne point permettre qu'un pape élu fût consacré avant d'avoir prêté serment de fidélité à l'empereur; il avait aussi institué des commissaires chargés de maintenir les droits du souverain et de rendre la justice en son nom. Dans le cours du pontificat de Grégoire IV, ces juges condamnèrent le pape à restituer au monastère de Farfa les biens que ses prédécesseurs avaient usurpés. 

Lorsque les enfants de Louis le Débonnaire se révoltèrent contre leur père, Grégoire suivit Lothaire, « afin, disait-il, de rétablir la paix entre le père et les enfants ». Mais il ne fit que servir la cause des enfants contre leur père. La plupart des évêques gallo-francs avaient pris parti pour Louis le Débonnaire; ils affirmaient hautement la supériorité de la puissance ecclésiastique sur la puissance séculière; mais, quand l'évêque de Rome voulut se substituer à eux pour exercer cette puissance, et qu'il menaça de les excommunier, ils lui signifièrent « qu'il n'avait pas le droit d'excommunier personne, ni de faire quoi que ce fût, malgré eux, dans leurs diocèses; que, s'il venait pour excommunier, il s'en retournerait excommunié lui-même ». Et ils l'invitèrent « à prendre garde de perdre sa propre dignité, pour être venu en Gaule, sans y avoir été appelé ». 

Grégoire fut d'abord « étonné et effrayé »; mais, rassuré par Wala, abbé de Corbie, et par Paschase Radbert, énonçant des maximes, peut-être même produisant des documents qui furent repris plus tard dans les Fausses Décrétales, il répondit aux évêques, en termes violents, tout en reconnaissant implicitement qu'un pape peut être déposé pour crime. Ce fut sous le couvert des négociations qu'il engagea avec Louis le Débonnaire que s'ourdit l'énorme trahison qui livra le malheureux empereur à ses ennemis (30 juin 833).

Pour se défendre contre les musulmans, qui s'étaient établis en Sicile, il reconstruisit et fortifia la ville d'Ostie, à laquelle il donna le nom de Grégoriopolis. 

 Il reste de lui deux lettres dans la Collection des conciles de Labbe (t. VII), deux dans les Miscellanea de Baluze (t. I), une dans Baronius (t. XIV). (E.-H. Vollet).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005 - 2013. - Reproduction interdite.