.
-

Girodet

Anne Louis Girodet de Roussy dit Girodet est un peintre français, ne à Montargis le 5 janvier 1767, mort à Paris le 9 décembre 1824. A la mort de son père, l'enfant fut confié au docteur Trioson, médecin des armées, qui devint son père adoptif ; il avait, dès son enfance, manifesté pour les arts un goût irrésistible, que David, en le comptant parmi ses élèves, avait hautement encouragé. En 1789, après deux concours qui ne l'avaient pas classé au premier rang, il obtint le prix de Rome avec Joseph reconnu par ses frères. Son premier envoi de Rome (1793) fut le Sommeil d'Endymion, aujourd'hui au musée du Louvre, oeuvre dans laquelle il chercha à se dégager de l'imitation de son maître.

A la suite des événements de 1792, Girodet dut quitter Rome et gagner les Etats du roi de Naples où il se trouvait en sûreté. En 1794, son séjour à Venise et ses relations avec le peintre Péquignot développèrent son goût pour le paysage, qui, d'ailleurs, n'est qu'accessoire dans son oeuvre. Il regagna la France par Florence et Gênes et reçut, à Paris, un logement au Louvre qu'il ne quitta que pour s'installer, après la mort de son tuteur, qui l'enrichit, dans une maison située rue Neuve-Saint-Augustin et qu'il avait fait construire d'après un plan très fantaisiste. 
-

Girodet : Atala au tombeau.
Atala au tombeau (Funérailles d'Atala), par Girodet (1808).

Outre de nombreux portraits, Girodet laissa un grand nombre de tableaux d'histoire : le Sommeil d'Endymion (1792, musée du Louvre); l'Empereur recevant les clefs de Vienne (1808, musée de Versailles); Antiochus et Stratonice, Atala au tombeau (musée du Louvre); la Révolte du Caire (S. de 1810; au musée de Versailles); Hippocrate refusant les présents d'Artaxercès (Ecole de médecine de Paris), peint en 1792; Ossian; Danaé; Galatée; les Saisons; Scène du déluge (S. de 1814; musée du Louvre), tableau qui, au concours décennal de 1810, l'emporta sur celui de David, l'Enlèvement des Sabines

Girodet composa un grand nombre de dessins ou d'illustrations, inspirés par la lecture des poètes anciens, qu'il affectionnait. Il fut aussi un écrivain de mérite. On a de lui un poème en 6 chants, le Peintre, et des traductions d'Anacréon, de Musée, de Lucain, qui renferment des beautés, de l'élégance et de l'harmonie. Ses oeuvres ont été publiées en 1819 par la maison Renouard. Girodet avait la manie de collectionner les vieux meubles, des objets rares ou précieux; mais il apportait dans son choix un goût bizarre et désordonné qui trahissait l'inégalité de son humeur ou de ses fantaisies.
-

Girodet : Scène du Déluge.
Scène du Déluge, par Girodet (1806).

Elu membre de l'Académie des beaux-arts le 20 mai 1815, Louis XVIII, qui lui destinait la rosette d'officier ordonna que les insignes de ce grade fussent placés sur son cercueil. Malgré les efforts que témoignent Endymion, et surtout le Déluge, Girodet doit être considéré comme l'un de ceux qui se rapprochèrent le plus de David : dessin correct, académique, peinture calme, souvent froide. (C. Galbrun).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.