.
-

Fuenleal (Sebastian Ramirez de), prélat et philanthrope membre de la famille comtale de Villaescusa (Nouvelle-Castille) où il naquit, mort à Valladolid le 22 janvier 1547. Après avoir été inquisiteur à Séville, auditeur à la chancellerie de Grenade, il devint président de l'audience de la Española (Haïti) et évêque de Saint-Domingue. Son équité, sa prudence et l'habileté avec laquelle il apaisa les discordes entre Espagnols ainsi que la rébellion du cacique Henri, et pourvut à la sécurité des navigateurs dans les Antilles, le firent désigner pour la présidence de l'audience de la Nouvelle-Espagne (1530).

En moins de cinq ans (1531-1536) qu'il passa dans ce pays troublé, il réussit, par son entente avec Cortez qui exerçait le pouvoir militaire, à rétablir l'ordre, à organiser le Mexique à l'européenne, tout en maintenant dans la mesure du possible les anciennes institutions qu'il décrivit dans sa pittoresque Relacion de la Nueva España. Ce précieux ouvrage dont A. de Herrera donna des extraits (notamment dans sa déc. IV,  I. IV, ch. V-VIII) est malheureusement perdu, mais il reste de l'auteur des lettres publiées dans la Coleccion de documentos inéditos de Indias (Madrid, 1870, t. XIII) et dans le t. II (Mexico, 1866) de la première Coleccion d'Icazbalceta qui a aussi édité plusieurs opuscules sur les traditions mythiques et historiques des Mexicains, recueillies en 1532 par ordre de ce prélat. 

L'étude du passé des Indiens ayant augmenté l'intérêt que leur portait Fuenleal, il les protégea contre leurs patrons européens et fit notamment substituer des bêtes de somme aux porteurs indigènes. Il encouragea l'agriculture, le commerce, l'industrie; fit ouvrir des routes, construire des ponts et des aqueducs; fonda la Puebla, des églises, des monastères, le collège de Santa Cruz pour les indigènes à Tlateluleo, un hôtel des monnaies; en un mot, il fut, dit Herrera, « la source de tout bien ». On peut le regarder comme un Las Casas doué d'un sens vraiment pratique. Il se fit relever pour cause d'âge, de santé et « parce que, disait-il, il ne convenait pas que le Mexique continuât d'être administré par un ecclésiastique ». A son retour en Espagne, il fut successivement évêque de Tuy, de Léon, de Cuenca, président de l'audience de Grenade, puis de celle de Valladolid. Il avait fondé le collège de Cuenca à l'université de Salamanque. (B-s.). 

.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.