.
-

Fremont

Fremont ou Frémont (John Charles), explorateur et général américain, né à Savannah (Géorgie) le 21 janvier 1813, mort à New York le 13 juillet 1890. Fils d'un émigrant français, il entra au collège de Charlestown (Caroline du Sud) et fut nommé ingénieur des chemins de fer. Pendant l'hiver de 1837, faisant en qualité de lieutenant aux ingénieurs topographes des reconnaissances militaires dans le Nord de la Géorgie, il épousa secrètement et dans des circonstances riches en péripéties la fille du sénateur-colonel Thomas Benton, âgée de quatorze ans. C'est en 1842 qu'il commença les explorations qui l'ont rendu célèbre et fait surnommer Pathfinder. Ayant obtenu l'autorisation du gouvernement de reconnaître le pays inexploré entre les frontières  du Missouri et le passage méridional des montagnes Rocheuses, il étendit ses explorations après de grandes difficultés jusqu'à la côte de l'océan Pacifique. Son rapport fut imprimé par ordre du Congrès et son nom donné au plus haut pic des montagnes franchies (L'exploration de l'Amérique du Nord).

L'année suivante, il dirigea une nouvelle expédition pour atteindre l'Oregon par le Sud. Pendant cent jours il livra d'incessants combats aux tribus indiennes qui lui barraient la route et atteignit cinq mois après son départ le grand lac Salé, alors connu seulement de quelques trappeurs. Sans guide, il traversa en plein hiver la sierra Nevada et arriva au fort Sutter sur le Sacramento après avoir perdu ses mules et ses bagages, mais assez à temps pour sauver ses accompagnateurs. En  1844, il atteignit finalement le Missouri et fut récompensé par le brevet de capitaine. Dans une expédition il eut maille à partir avec le général mexicain Castro, qui occupait la Haute-Californie et soutint contre lui avec 62 hommes un siège de quatre jours. En 1846, Fremont, alors lieutenant-colonel, fut nommé gouverneur de la Californie par Stocton qui venait en faire la conquête. Philippe Kearney arrivait de son côté dans le même but. Une discussion s'ensuivit et le gouvernement de Washington la trancha en donnant l'autorité suprême à Kearney. Fremont, arrêté par l'ordre de celui-ci, fut envoyé à Washington, traduit devant une cour martiale où, reconnu coupable d'insubordination et de désobéissance, il dut démissionner.
(

Frémont.
Frémont.

Rentré dans la vie civile, il recommença à ses frais ses explorations, cherchant une route praticable pour la Californie par le Rio Grande. Mais dans la sierra couverte de neige, il perdit toutes ses mules et le tiers de ses hommes après d'effroyables scènes de cannibalisme. En 1850, il fut, le lendemain de l'annexion de la Californie aux États-Unis, élu sénateur, puis en 1852 visita pendant une année l'Europe où on l'accueillit partout avec de grands honneurs, et retourna en Amérique entreprendre une quatrième et pénible exploration, vivant de chair de cheval et restant parfois quarante-huit heures sans boire ni manger. Au printemps de 1855, il partit avec sa famille pour New York, posa sa candidature à la présidence et fut battu par Buchanan à une faible majorité. La révolte des États du Sud le fit nommer major général du corps d'opération dans l'Ouest.

Il était alors en Europe d'où il revint, avec une cargaison d'armes, établir son quartier général à Saint-Louis. Après la bataille de Wilson's Creek, où le général, Lyon qui commandait sous ses ordres fut battu et tué, Fremont proclama la loi martiale, suspendit les journaux sécessionnistes, confisqua les biens des rebelles et émancipa les esclaves. Le président Lincoln approuva tout, excepté l'émancipation qu'il considérait prématurée, et de sa propre autorité l'annula. Pendant que Fremont marchait sur Price pour le chasser de Lexington, il fut accusé de concussion et d'abus d'autorité par Blair, son ennemi personnel, et fut relevé de son commandement au moment où il allait reprendre l'avantage sur les confédérés. Son état-major et la plupart de ses officiers se retirèrent avec lui.

En 1862, le gouvernement reconnut la fausseté des accusations portées contre Fremont en lui confiant le commandement d'une division destinée à opérer dans le Nord de la Virginie; mais, battu à Cross Keys, il donna sa démission pour ne pas servir sous les ordres du général Pope et retourna à New York attendre vainement un autre commandement. En mai 1864, des groupes de républicains mécontents de Lincoln offrirent à Fremont la présidence des États-Unis; l'affaire n'eut pas de suites et Fremont dès lors se retira de la vie publique pour s'occuper exclusivement de lignes de chemin de fer. Le Texas lui octroya à cet effet des concessions de terrains, mais son nom fut malheureusement mêlé par des agents français à des malversations financières qui lui valurent en France une condamnation par défaut à l'amende et à la prison. En dépit de cette condamnation aussi injuste que ridicule, il fut nommé gouverneur de l'Arizona, poste qu'il occupa jusqu'en 1881. Fremont est resté longtemps le chef du parti anti-esclavagiste et radical des États-Unis. (H. France).



En bibliothèque - Les mémoires de Fremont, parus en 1886, offrent un grand intérêt, ainsi que le récit de ses explorations de 1842 et 1843 publié sous le titre Report of the Exploring Expedition to the  Rocky Mountains and to Oregon and North California (Washington, 1845, in-8, cartes et fig.).
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.