.
-

Fontanes (L. de). - Poète et administrateur né à Niort en 1757, mort à Paris en 1821, était fils de J. Marcellin de Fontanes, inspecteur des manufactures, et fut élevé par les Oratoriens. Il se distingua de bonne heure par son talent pour la poésie et publia ses premières productions dans le Mercure de France et l'Almanach des Muses. Dans la Révolution, il se montra l'ami d'une sage liberté. Proscrit au 18 fructidor, il se réfugia en Angleterre, où il se lia avec Chateaubriand. Il revint après le 18 brumaire et s'attacha à Bonaparte. Lors du rétablissement des études, il fut nommé professeur de belles-lettres ail collège des Quatre-Nations, et membre de l'Institut. Il entra en 1804 au Corps législatif, en devint président en 1805, et s'y fit remarquer par son éloquence, mais aussi par son adulation; cependant il mêla quelquefois à l'éloge d'utiles avis. Il fut nommé en 1808 grand maître de l'Université et fut appelé au sénat en 1810. Fontanes a laissé peu de poésies, mais elles se distinguent par l'élégance et la pureté du style. On estime surtout le Verger, 1788; le Jour des Morts, imité de Th. Gray, 1796; les Tombeaux de Saint-Denis,1817 une traduction de l'Essai sur l'homme de Pope, 1783 et 1821. Il travailla longtemps à un grand poème épique, la Grèce délivrée, qu'il n'a pu achever. Non moins remarquable comme orateur que comme poète, il brille par la noblesse et l'élégance, mais il manque de feu. La collection de ses discours a été publiée en 1821; on y remarque l'Éloge de Washington (1800). Ses Oeuvres ont été publiées en 1839 par Sainte-Beuve, 2 volumes in-8, d'après ses manuscrits, avec une bonne Notice sur l'auteur.
.


Dictionnaire biographique
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.