.
-

Fontaine

Fontaine des Bertins (Alexis). - Mathématicien né à Bourg-Argental (Loire), et non à Claveyson (Drôme), vers 1705, mort à Cuiseaux (Saône-et-Loire) le 21 août 1771. Destiné par sa famille au barreau, il s'appliqua aux mathématiques, qu'il vint étudier à Paris, se lia avec Clairaut, attira bientôt sur lui l'attention par quelques solutions de problèmes et quelques méthodes ingénieuses et fut reçu en 1733 membre de l'Académie des sciences de Paris. Il vécut retiré sur sa terre d'Anel, près de Compiègne, et, sauf les soins donnés à ce domaine, ne connut d'autres préoccupations que ses recherches mathématiques. En 1765, il cessa tout travail et alla finir ses jours à Cuiseaux. 
« Ses solutions, dit Condorcet, sont dues à des vues fugitives [...]. On n'a de lui que des essais. » 
On lui doit cependant une méthode de résolution des problèmes de maxima, une étude remarquable du fameux problème des tautochrones, étude qui, sans épuiser la question, lui fit faire un grand pas, une méthode d'approximation pour les équations déterminées, la découverte des conditions d'intégralité d'une fonction différentielle du premier ordre à plus de deux variables. Il a également cherché une méthode générale d'intégration des équations différentielles; naturellement, il n'a pas trouvé, mais plusieurs théorèmes qu'il a posés au cours de ses tentatives ont exercé une heureuse influence sur l'avenir du calcul intégral. Il est enfin l'auteur de la notation qui porte son nom et qui est usitée pour la représentation des dérivées partielles d'une fonction de plusieurs variables. 

Il a publié dans le recueil de l'Académie des sciences de Paris une douzaine de mémoires, qui se trouvent presque tous réunis en un volume (Paris, 1764, in-4). (Léon Sagnet).

Fontaine Malherbe (Jean). - Littérateur, né près de Coutances vers 1740, mort en 1780, a composé des héroïdes, des discours en vers, des fables, des contes moraux et des pièces de théâtre médiocres. Plusieurs de ses poésies furent couronnées par l'Académie.
Fontaine (P. François). - Architecte, né à Pontoise en 1762, mort en 1853, était fils d'un architecte. Envoyé à Rome en 1785, après avoir obtenu le second grand prix, il s'y lia avec Percier; fut adjoint à ce dernier comme architecte des bâtiments de la couronne sous l'Empire, prit part aux grands travaux de construction entrepris alors à Saint-Cloud, au Louvre, aux Tuileries, à Compiègne, à Fontainebleau, traça le dessin de la rue de Rivoli, éleva l'arc de triomphe du Carrousel (1810), construisit sous Louis XVIII la chapelle expiatoire de Louis XVI (rue d'Anjou); exécuta pour le duc d'Orléans d'importants travaux à Eu et à Neuilly, et dirigea la restauration du palais de Versailles. Il a écrit, soit seul, soit avec Percier Maisons et autres édifices modernes dessinés à Rome (1813, in-fol.); Décorations intérieures (1812, in-fol.), Il a laissé des Mémoires. Il avait été nommé dès 1811 membre de l'Académie des beaux-arts
.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2007. - Reproduction interdite.