.
-

Les comtes de Foix

Les comtes de Foix sont une famille féodale de la France méridionale, issue de celle de Carcassonne-Comminges. On trouvera à la page sur le Comté de Foix dans quelles circonstances avait été créé celui-ci. La suite des premiers comtes est assez bien connue, grâce à D. Vaissète, mais quelques-unes des dates proposées par le savant bénédictin semblent encore peu sûres. 

Bernard-Roger, fils de Roger le Vieux, comte de Carcassonne, a pour enfants (de Garsinde de Bigorre, suivant D. Vaissète) Roger Ier, et Pierre. Roger épouse Amicia et meurt sans enfants, vers 1064. Il a pour héritier son frère Pierre, mari de Ledgarde (1064-1071), que remplace le fils de Pierre, Roger II (1072 - ca. 1124), qui se croise en 1095. 

Roger III (1124-1148) épouse Chimène de Barcelone

Roger-Bernard Ier, fils du précédent, s'allie à plusieurs reprises au roi d'Aragon contre le comte de Toulouse. Il meurt en 1188, laissant de sa femme Cécile, fille de Raimond Trencavel, vicomte de Carcassonne, Raymond-Roger. Celui-ci se croise en 1190, a de longs démêlés avec le vicomte de Castelbon, son beau-frère, qui le fait prisonnier en 1203. De 1209 à 1223, il lutte énergiquement contre les Montfort et se montre allié fidèle des comtes de Toulouse. Grand batailleur, habile capitaine, il meurt en avril 1223; son nom est souvent cité avec éloge par le poète anonyme, auteur de la Chanson des Albigeois, et par les troubadours du temps. De sa femme, Philippe, il laissait deux fils et deux filles. 

Roger-Bernard II, dit le Grand, fils aîné du précédent, suit la politique de son père et embrasse la cause de Raimond VII ; en 1229, il se soumet à l'Eglise, ce qui ne le sauve pas d'une nouvelle excommunication en 1237. Il meurt en mai 1241. De sa femme, Ermesinde de Castelbon, il avait eu un fils, qui lui succéda, et une fille. Sa seconde femme, Ermengarde de Narbonne, lui donna une fille. 

Roger IV (1241-1265) abandonne la cause de Raimond VII et devient vassal direct de la couronne pour la terre au Nord du Pas de la Barre. Il a guerre en Catalogne contre le roi d'Aragon et le comte d'Urgel, Alvare, son beau-frère. De sa femme Brunesinde de Cardonne, il laisse un fils et cinq filles. 

Roger-Bernard III (12651302) se révolte contre Philippe le Hardi qui marche contre lui en 1272, occupe le comté et enferme le comte à Carcassonne. Mis en liberté en 1273, il se brouille ensuite avec le roi d'Aragon et est fait une seconde fois prisonnier par ce prince (1280). En 1285, il accompagne le roi de France en Catalogne. En 1290, il se brouille avec le comte d'Armagnac, son beau-frère, touchant la succession de Béarn; le parlement de Paris évoque l'affaire qui se termine en 1295 par un combat singulier entre les deux prétendants, combat qui a lieu en présence du roi. Il avait épousé Marguerite de Béarn, principale héritière du dernier vicomte Gaston VIl. 

Suivent : Gaston Ier, fils du précédent (1302-1315). - Gaston II, fils du précédent (1315-1343). - Gaston III Phébus (13431390).

Le comté de Foix fait ensuite retour à la couronne, en vertu d'une donation expresse de Gaston-Phoébus. Mais le duc de Berry, gouverneur de Languedoc, décide le roi à le céder à Mathieu, vicomte de Castelbon (décembre 1391), descendant de Gaston Ier. Ce prince meurt sans enfants en 1398. Le comté est alors réclamé par Isabelle, soeur de Mathieu, épouse d'Archambaud de Grailly, captal de Buch; les officiers du roi et notamment le connétable de Sancerre lui font opposition; après une guerre assez vive, Isabelle et Archambaud abandonnent le parti anglais, se soumettent à la France et prennent possession du comté en mars 1401 (La Guerre de Cent Ans). Archambaud de Foix-Grailly meurt en 1412, laissant cinq fils, dont l'aîné, Jean, lui succède dans les comtés de Foix et de Bigorre et dans les vicomtés de Béarn et de Castelbon. 

Viennent ensuite : Jean de Foix-Grailly (14121436)et  Gaston IV, fils du précédent (1436-1471). De sa femme Éléonore, fille de Jean, roi d'Aragon et de Navarre, il avait eu plusieurs enfants, dont Gaston, mort en 1470, Jean, vicomte de Narbonne, et Pierre, cardinal de Foix.

A Gaston IV succède son petit-fils, François-Phoébus, fils de Gaston et de Madeleine de France, soeur de Louis XI. Les comtes de Foix deviennent alors rois de Navarre, et le comté passe, en même temps que ce royaume, aux familles d'Albret, puis de Bourbon. Le dernier comte de Foix est Henri IV, dont les États patrimoniaux sont réunis au domaine royal.

Le nom de Foix devait d'ailleurs subsister longtemps encore. A cette famille se rattachent plusieurs branches que nous allons énumérer rapidement : 

1° vicomtes de Castelbon et seigneurs de Moncade, issus de Roger-Bernard Ier, fils de Gaston Ier; ils s'éteignent dans la personne de Mathieu, comte de Foix, en 1398;

2° ducs de Médina-Coeli (Médinaceli), issus, dit-on, d'un fils illégitime de Gaston-Phébus, qui serait devenu comte de Médina et aurait épousé Isabelle de La Cerda, fille et héritière de Louis d'Espagne, dit de La Cerda;

3° derniers vicomtes de Narbonne, issus de Jean, fils cadet de Gaston IV et père du célèbre Gaston de Foix;

4° derniers vicomtes de Lautrec et de Villemur, issus de Pierre, fils cadet de Jean de Foix-Grailly; il eut pour petit-fils le célèbre Odet de Foix-Lautrec, mort en 1528; la fille d'Odet, Claude, épousa successivement Gui, comte de Laval, puis Charles de Luxembourg;

5° comtes de Bénauges, d'Astarac, de Candale, captaux de Buch, issus de Gaston, fils cadet d'Archambaud, qui, partisan de l'Angleterre, épousa la comtesse de Candale, d'où le titre de ses descendants; le nom de Candale, éteint dans la personne de Henri de Foix, tué à Sommières en 1572, fut repris par les d'Epernon;

6° de Jean, fils de Gaston et petit-fils d'Archambaud, sortent les vicomtes de Meilles, comtes de Gurson et de Fleix, ducs de Randan, éteints en 1714; 

7° et 8° barons de Douazit, branche illégitime des Foix-Candale, et barons du Lau, branche légitime des Douazit;

9° seigneurs de Gerderest, issus d'un fils naturel de Jean de Grailly, éteints au XVIe siècle.

De la maison de Foix sortent encore les barons, puis comtes de Rabat. On les croit issus de Loup de Foix, fils naturel de Raimond-Roger, nommé dès 1229; ce nom de Loup reparaît plusieurs fois et la famille donne plusieurs branches; l'une d'elles prend, au XVIIe siècle, le titre de comte de Foix, et des Rabat descendent également les barons de la Gardiole et de Canté, qui prendront plus tard le titre île marquis de Foix, les seigneurs de Mardogne et vicomtes de Couserans au XVIe siècle, qui, en 1588, se fondent dans la famille de Mauléon. 

Blason : les Foix portaient d'or, à trois pals de gueules. Le comté fut érigé en comté-pairie par Charles VII en 1458. (A. Molinier).

.


Dictionnaire biographique
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.